La présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen, tient une conférence de presse sur la réponse de l'Union Européenne à la crise du Covid-19, 15 avril 2020
La présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen, tient une conférence de presse sur la réponse de l'Union Européenne à la crise du Covid-19, 15 avril 2020
La présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen, tient une conférence de presse sur la réponse de l'Union Européenne à la crise du Covid-19, 15 avril 2020 ©AFP - JOHN THYS
La présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen, tient une conférence de presse sur la réponse de l'Union Européenne à la crise du Covid-19, 15 avril 2020 ©AFP - JOHN THYS
La présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen, tient une conférence de presse sur la réponse de l'Union Européenne à la crise du Covid-19, 15 avril 2020 ©AFP - JOHN THYS
Publicité
Résumé

L'union européenne, confrontée au Covid-19, se trouve à nouveau face à une crise d'ampleur. 75 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale. La solidarité aidera-t-elle les pays européens à relever la tête ? Ou au contraire le coronavirus révèle-t-il le caractère irréductible des nations ?

avec :

Kalypso Nicolaïdis (Titulaire de la chaire de relations internationales à la « School of international governance » de l’European University Institute de Florence, professeure de relations internationales à Oxford), Pierre Manent (Philosophe, historien et directeur d’études honoraire à l’EHESS), Charles Goerens (Député européen, Luxembourg, Groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe).

En savoir plus

Après quelques hésitations au début de la crise, la réponse européenne a été massive, en particulier dans le domaine budgétaire. À terme, ce sont plus de mille milliards d’euros qui devraient être engagés pour atténuer la crise économique qui vient, la « plus profonde récession économique de l’histoire de l’Union » selon le commissaire européen à l’économie, Paolo Gentiloni.

Mais le déficit d’incarnation de l'Union Européenne et de la commission ainsi que l’impression récurrente d’une tension entre pays du sud de l’Europe, comme l’Italie, l’Espagne ou la France, et pays du nord ont quelque peu obscurci l’annonce de ces aides financières. Sans compter que la santé demeure, dans les traités, dévolue aux nations qui composent l’Union. Une désagréable impression de chacun pour soi a d’ailleurs surgi des débats sur la coordination du confinement, la fermeture des frontières, la concurrence pour les masques ou les médicaments, sans parler de l'impossibilité de négocier entre nations européennes un déconfinement coordonné.

Publicité

Depuis le début du confinement, l'équipe du Temps du débat a  rassemblé sur le site de France Culture, plus d’une trentaine de textes  d’écrivains, d’artistes ou d’intellectuels du monde entier qui nous ont  donné leur regard sur la crise en cours. Nous vous invitons à lire la contribution de Kalypso Nicolaïdis : "L’ambition première de l’UE devait être de devenir la gardienne du long terme".   Toutes les chroniques de la  série Coronavirus, une conversation mondiale sont disponibles ici

Dans le respect des mesures sanitaires en vigueur, cette émission a dû être enregistrée à distance et la veille de sa diffusion.

À lire aussi : Kalypso Nicolaïdis : "L’ambition première de l’UE devait être de devenir la gardienne du long terme"

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Antoine Tricot
Collaboration
Assia Khalid
Réalisation
Hugo Boursier
Collaboration
Thomas Dutter
Réalisation
Rémi Baille
Collaboration
Fanny Richez
Collaboration
Chloë Cambreling
Production déléguée