Quel bilan dresser du mandat de la procureure Fatou Bensouda ? La CPI a-t-elle recouvré sa légitimité ?
Quel bilan dresser du mandat de la procureure Fatou Bensouda ? La CPI a-t-elle recouvré sa légitimité ?
Quel bilan dresser du mandat de la procureure Fatou Bensouda ? La CPI a-t-elle recouvré sa légitimité ? ©Maxppp - Vincent Isore
Quel bilan dresser du mandat de la procureure Fatou Bensouda ? La CPI a-t-elle recouvré sa légitimité ? ©Maxppp - Vincent Isore
Quel bilan dresser du mandat de la procureure Fatou Bensouda ? La CPI a-t-elle recouvré sa légitimité ? ©Maxppp - Vincent Isore
Publicité
Résumé

Alors que le mandat de la procureure Fatou Bensouda touche à sa fin, la perspective d'enquêtes menées hors du continent africain a fait vivement réagir certains Etats. D'ordinaire critiquée pour sa partialité et son inefficacité, la CPI s'affranchit-elle progressivement de la souveraineté des Etats?

avec :

Dorine Llanta (Chargée de programme au sein de la représentation permanente de la FIDH à la Cour Pénale Internationale à La Haye), Emmanuel Altit (Avocat international, intervenant devant les juridictions pénales internationales et particulièrement devant la Cour Pénale Internationale, conseil principal de la défense de Laurent Gbagbo), Raphaëlle Nollez-Goldbach (Directrice des études Droit et Administration publique à l’École Normale Supérieure, chargée de recherche au CNRS, elle enseigne le droit international public, le droit pénal international et les relations internationales à l’ENS).

En savoir plus

La tribune publiée dans la presse la semaine dernière par une cinquantaine de dirigeants ou anciens dirigeants politiques européens a pu surprendre : ils y regrettaient la multiplication des attaques contre la Cour pénale Internationale.

Une institution qui, depuis son entrée en vigueur en 2002, a été critiquée comme cour néocolonialiste par les dirigeants africains devant laquelle elle comparaissait, méprisée par l’ancien dirigeant serbe Slobodan Milosevic quand il y était auditionné, réfutée par les Etats-Unis et Israël qui ne lui reconnaissent pas le droit de faire comparaître leurs propres citoyens. C’est d’ailleurs à propos de l’enquête, ouverte récemment par la cour sur les crimes présumés accomplis par Israël
 dans les territoires palestiniens en 2014, que Benjamin Netanyahu a déclaré que cette cour était « l’essence de l’antisémitisme ».
On le voit les critiques sont récurrentes et intenses. 

Publicité
Références

L'équipe

Hugo Boursier
Collaboration
Rémi Baille
Collaboration
Bruno Baradat
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration
Adèle Rosier
Collaboration