Manifestation des algériens contre le cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika (Paris, le 10/03/2019)
Manifestation des algériens contre le cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika (Paris, le 10/03/2019)
Manifestation des algériens contre le cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika (Paris, le 10/03/2019) ©Maxppp - Julien Mattia
Manifestation des algériens contre le cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika (Paris, le 10/03/2019) ©Maxppp - Julien Mattia
Manifestation des algériens contre le cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika (Paris, le 10/03/2019) ©Maxppp - Julien Mattia
Publicité
Résumé

Depuis dix mois, des manifestants pacifiques descendent dans les rues d’Algérie chaque vendredi. Démission de Bouteflika, création d'un nouveau gouvernement, libération de prisonniers politiques ...rien n'apaise la société civile. La détermination du peuple algérien fait-elle de lui un héros ?

avec :

Pierre Vermeren (Professeur d’histoire contemporaine à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, spécialiste du Maghreb), Karima Dirèche (historienne, directrice de recherche au CNRS, a dirigé l’ouvrage intitulé « L'Algérie au présent : entre résistances et changements », ed. Karthala / IRMC.), Akram Belkaïd (Essayiste et journaliste au Monde Diplomatique.).

En savoir plus

Dans six semaines, cela fera un an que chaque vendredi, à Alger et dans les grandes villes d’Algérie, la population descend dans les rues de manière pacifique pour protester contre le système.

C’était le cas encore ce matin, au lendemain de la remise en liberté de plusieurs figures de la contestation et du mouvement, le Hirak. Mais quel est ce peuple qui a surpris, l’an dernier, tous les observateurs jusqu’alors persuadés de se trouver face à une société anesthésiée ? Et pourquoi continuent-t-il à protester ?

Publicité

Quelques analyses d'actualité

  • « Le général Chengriha, un stratège qui laisse espérer une «renormalisation» de l’armée algérienne », Le Figaro, le 29/12/2019
  • « La première des urgences en Algérie est de rétablir la confiance entre l’armée et la société » », entretien avec Luis Martinez par Marc Semo pour Le Monde, le 26/12/2019
  • « Ce sont deux époques qui se confrontent, deux mondes », tribune de José Garçon pour Le Monde, le 18/12/2019
  • « Le peuple algérien veut passer de l’indépendance postcoloniale à l’indépendance post-dictatoriale », entretien avec Jean-Pierre Filiu par Sarah Diffalah pour Télérama, le 12/12/2019
  • « Hirak, le réveil du volcan algérien », de Arezki Metref pour Le Monde Diplo, Décembre 2019
  • « Les intellectuels algériens font leur révolution », Le Monde, le 02/08/2019
  • « Le peuple peut changer les choses», affirme l’écrivain Yasmina Khadra, Le Parisien, le 28/02/2019
  • Faire peuple à Alger, Textures du Temps, le 19/03/2019

Sur nos invité.e.s 

Karima Dirèche, historienne franco-algérienne, spécialiste de l’histoire contemporaine du Maghrebn membre du laboratoire TELEMM (Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée)

Nous avons une espèce d'entité collective intelligente, en tout cas dans son répertoire d'actions, et qui nous livre des pratiques de la contestation extrêmement étonnante. 

Pierre Vermeren, historien, spécialiste du Maghreb et des sociétés arabo-berbères, à l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne

  • « Alger est l’œil qui regarde Paris, sa mauvaise conscience », Le Monde, le 26/12/2019 
  • « Algérie, la présidentielle de tous les dangers », tribune pour Le Figaro, le 11/12/2019

Vous connaissez la formule de la révolution algérienne? Un seul héros, le peuple. Et vous connaissez aussi l'état d'humiliation dans lequel a longtemps vécu, et vit encore, ce peuple qui a été un peuple combattant pour sa liberté et qui se retrouve aliéné dans ses libertés privées et surtout politiques_._

Akram Belkaïd, journaliste au « Monde Diplomatique », chroniqueur au « Quotidien d'Oran », collaborateur du site « Orient XXI.info », auteur de "L'Algérie en 100 questions. Un pays empêché » (Éditions Tallandier, avril 2019)

Le peuple algérien qui est descendu dans la rue est un peuple avec beaucoup de composantes. Il n'est pas uniforme. C'est un regroupement de plusieurs classes sociales, ce qu'on appelle les classes moyennes, mais aussi les classes populaires. On retrouvait aussi des gens des classes aisées qui étaient tous unis par rapport à un premier objectif qui était d'abord de dire non à un cinquième mandat de Abdelaziz Bouteflika. 

6 min
58 min
Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Hugo Boursier
Collaboration
Thomas Dutter
Réalisation
Rémi Baille
Collaboration
Fanny Richez
Collaboration
Chloë Cambreling
Production déléguée