En France, c’est en moyenne à l’âge de 13 ans qu’un enfant est confronté pour la première fois à la pornographie en ligne ©Getty - JLGutierrez
En France, c’est en moyenne à l’âge de 13 ans qu’un enfant est confronté pour la première fois à la pornographie en ligne ©Getty - JLGutierrez
En France, c’est en moyenne à l’âge de 13 ans qu’un enfant est confronté pour la première fois à la pornographie en ligne ©Getty - JLGutierrez
Publicité
Résumé

Le CSA hausse le ton envers cinq sites pornographiques, sommés d'empêcher les mineurs d'accéder à leurs contenus comme le souhaitent plusieurs associations de protection de l'enfance. Quel rôle joue réellement la pornographie dans l’éducation à la sexualité ?

avec :

Ludivine Demol (Chercheuse-doctorante en Sciences de l’information et de la communication à Paris 8, elle travaille sur la consommation pornographique des jeunes.).

En savoir plus

Le CSA a donné jusqu’à la fin du mois à 5 sites pornographiques pour empêcher réellement les mineurs d’accéder à leurs contenus.

Résultat d’une tentative de durcissement de la législation, alors que le gouvernement semble de plus en plus inquiet des effets du porno chez les plus jeunes.

Publicité

« Dans notre pays c’est à 13 ans en moyenne, qu’un enfant accède à la pornographie » , disait Emmanuel Macron dans un discours fin 2019 à l’Unesco.

Ajoutant "pour beaucoup, l’imaginaire et la sexualité se construisent donc" ,je cite, "par les stéréotypes et la brutalité qui vont avec ces images".

Le numérique aidant, les adolescents sont-ils formatés par le porno ?

Eux qui dans le même temps ont sans doute entendu parler bien plus tôt que leurs ainés de violences sexistes et de consentement.

Quelle place pour une réelle éducation sexuelle ? Par qui ? Par quoi passe-t-elle ? 

Pour ce débat, nous avons le plaisir de recevoir Alice Ackermann, membre du Bureau National du Planning familial, Samuel Comblez, psychologue de l’enfance et de l’adolescence et directeur des opérations de l’Association e-Enfance et du 3018, le numéro des jeunes victimes de violences numériques et Ludivine Demol, chercheuse-doctorante en sciences de l’information et de la communication à l'université Paris 8.

"Le porno donne quand même une forme de stéréotype de fonctionnement sexuel, et je crois que ça enferme les jeunes dans une croyance que la sexualité des adultes, c'est celle que les films pornographiques nous montrent" Samuel Comblez

"Oui, on peut apprendre du porno mais pas que du porno. En fait, on parle de sexe dans toutes les productions culturelles, on en parle en famille, avec les amis, à l'école, et la pornographie représente une petite part de ce que les jeunes apprennent" Ludivine Demol

"Les jeunes, souvent, se posent beaucoup de questions sur ce qu'ils et elles voient dans ces vidéos, c'est vrai que ces vidéos répondent à une certaine curiosité : c'est quoi la sexualité, c'est quoi les rapports sexuels, et de façon très crue, la pornographie leur montre certaines réponses, de façon biaisée certes. Cette curiosité pour la pornographie s'explique aussi par le tabou qui existe toujours autour du sexe dans la société" Alice Ackermann

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Chloë Cambreling
Chloë Cambreling
Rémi Baille
Collaboration
Sarah Marx
Collaboration
Bruno Baradat
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration
Thomas Jost
Réalisation
Audrey Dugast
Collaboration
Chloë Cambreling
Chloë Cambreling
Chloë Cambreling
Production déléguée
Mathias Mégy
Collaboration