Après l'abandon du projet Europa City dans la zone de Gonesse, les habitants bloquent la construction d'une nouvelle gare de métro, "cheval de Troie" de l'artificialisation des sols
Après l'abandon du projet Europa City dans la zone de Gonesse, les habitants bloquent la construction d'une nouvelle gare de métro, "cheval de Troie" de l'artificialisation des sols ©Maxppp - CHRISTOPHE PETIT TESSON
Après l'abandon du projet Europa City dans la zone de Gonesse, les habitants bloquent la construction d'une nouvelle gare de métro, "cheval de Troie" de l'artificialisation des sols ©Maxppp - CHRISTOPHE PETIT TESSON
Après l'abandon du projet Europa City dans la zone de Gonesse, les habitants bloquent la construction d'une nouvelle gare de métro, "cheval de Troie" de l'artificialisation des sols ©Maxppp - CHRISTOPHE PETIT TESSON
Publicité

Contestés par des riverains, militants et scientifiques, de grands projets ont dû être dernièrement abandonnés par l'État. Aux prises avec des enjeux écologiques et de légitimité démocratique, l'aménagement du territoire est-il un art en déshérence ?

Avec
  • Patrick Septiers Président du Conseil Départemental de Seine-et-Marne, membre du conseil de surveillance du Grand Paris Express
  • Sylvain Grisot Urbaniste, enseignant-chercheur, spécialiste de l'urbanisme circulaire et fondateur de dixit.ne
  • Léa Sébastien Maîtresse de conférences en géographie à l’université Toulouse Jean Jaurès, chercheuse au Laboratoire CNRS Geode

La multiplication des ZAD sur de grands projets d’aménagement et l’évacuation de la dernière en date sur le triangle de Gonesse en région parisienne la semaine dernière interroge quant à la capacité de mener à bien de grands projets tels que ceux qui se sont multipliés des années 1950 aux années 2000.
Il faut dire que depuis l’annulation de l’aéroport de Notre Dame des Landes et la COP21, les grands aménagements gourmands en espaces naturels ou agricoles sont plus difficiles à faire accepter qu’aux temps du gaullisme immobilier.
Est-ce pour autant impossible ? Dans le domaine urbain, le small est-il là aussi beautiful ?