Jean-Luc Mélenchon lors d'une interview en direct sur la plateforme Twitch
Jean-Luc Mélenchon lors d'une interview en direct sur la plateforme Twitch
Jean-Luc Mélenchon lors d'une interview en direct sur la plateforme Twitch - Capture d'écran/Twitch
Jean-Luc Mélenchon lors d'une interview en direct sur la plateforme Twitch - Capture d'écran/Twitch
Jean-Luc Mélenchon lors d'une interview en direct sur la plateforme Twitch - Capture d'écran/Twitch
Publicité
Résumé

La communication politique s'adapte à l'ère numérique : tik tok, twitch, youtube, les candidats à la présidentielle s'invitent sur les réseaux sociaux. Les nouvelles technologies menacent-elles notre système démocratique ou représentent-elles au contraire l’avenir de la participation électorale ?

avec :

Jean Massiet (Streameur, vulgarisateur et chroniqueur politique), Thierry Vedel (Sociologue des médias).

En savoir plus

La plupart des candidats à la présidentielle mobilisent aujourd’hui au moins sept réseaux par lesquels ils s’adressent à leurs électeurs potentiels, en particulier les plus jeunes.

Facebook, Instagram ou Twitter ont été récemment rejoints par Twitch ou par Tik Tok, l’application la plus téléchargée dans le monde, pour donner une autre image d’eux, pratiquer l’ironie contre leurs concurrents et aussi pour s’affranchir des règles de la communication télévisuelle ou radiophonique.

Publicité

Parallèlement à ces nouveaux outils de campagne, des algorithmes de plus en plus sophistiqués servent à faire tourner des sites ou application qui se proposent, comme celui de la Primaire populaire, de changer les façons de choisir son candidat ou sa candidate, ou qui, comme Élyse, sélectionne supposément pour nous le candidats dont les propositions nous conviendraient le mieux.

Pour ce débat, Emmanuel Laurentin reçoit Thierry Vedel, politologue, chercheur au CNRS et à Sciences Po, Jean Massiet, streameur politique sur Twitch, créateur de l’émission Backseat et Charlène Dupé, co-fondatrice de l’ONG A voté et consultante en communication numérique.

"Oui, totalement, pour toucher les jeunes, il faut passer par les réseaux sociaux parce que c'est là où les jeunes sont le plus. Ils ont délaissé la télé parce qu'ils ont une défiance envers les médias traditionnels, ils ne se sentent pas énormément représentés sur ces réseaux là alors que sur les réseaux sociaux, ils sont un peu partout" Charlène Dupé

"Oui certes, les jeunes sont sur les réseaux sociaux, c'est une condition nécessaire mais pas suffisante, il faut encore que les jeunes s'intéressent à la politique, s'exposent au message politique et soient véritablement intéressés par le message politique. Or sur Internet, il y a des milliers d'autres choses plus fascinantes à faire que de s'intéresser à la politique : s'occuper de ses amours, de la musique, du sport, échanger avec ses amis..." Thierry Vedel

"Les personnalités politiques, quand elles se rendent sur Internet, cherchent à ne plus avoir à faire à ces formats, à ces journalistes qui posent des questions et font des relances contraignantes, ils cherchent à parler longtemps sans interruption. Ceci dit, ça a les inconvénients de ses avantages : qui va regarder quatre heures de Jean-Luc Mélenchon ? Les partisans de Jean-Luc Mélenchon. Les politiques tombent alors dans le piège des bulles de filtres où seuls les gens déjà d'accord avec vous vont vous écouter" Jean Massiet

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Rémi Baille
Collaboration
Sarah Marx
Collaboration
Fanny Richez
Collaboration
Thomas Jost
Réalisation
Audrey Dugast
Collaboration
Chloë Cambreling
Production déléguée
Mathias Mégy
Collaboration