Les manifestants tentent d'abattre la statue d'Andrew Jackson à Lafayette Square près de la Maison Blanche le 22 juin 2020 à Washington, DC
Les manifestants tentent d'abattre la statue d'Andrew Jackson à Lafayette Square près de la Maison Blanche le 22 juin 2020 à Washington, DC
Les manifestants tentent d'abattre la statue d'Andrew Jackson à Lafayette Square près de la Maison Blanche le 22 juin 2020 à Washington, DC ©AFP - Drew Angerer
Les manifestants tentent d'abattre la statue d'Andrew Jackson à Lafayette Square près de la Maison Blanche le 22 juin 2020 à Washington, DC ©AFP - Drew Angerer
Les manifestants tentent d'abattre la statue d'Andrew Jackson à Lafayette Square près de la Maison Blanche le 22 juin 2020 à Washington, DC ©AFP - Drew Angerer
Publicité
Résumé

Alors que l'on observe des pratiques iconoclastes aux Etats-Unis, en Angleterre et en France contre des personnages ayant marqué l'histoire coloniale et l'esclavagisme, quel est le rôle des statues dans l'espace public ? Quel propos disent-elles encore ?

avec :

Emmanuel Fureix (Maître de conférences à l’université Paris-Est Créteil.), Isabelle Barbéris (Maître de conférences-HDR en Arts du spectacle à l'université Paris 7 Denis Diderot et chercheuse associée au CNRS), Anne Lafont (Historienne de l'art, directrice d'étude à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).).

En savoir plus

Un documentaire commandé en 1953 par la revue présence africaine, signé Alain Resnais, Chris Marker et Ghislain Cloquet, débutait par cette sentence : "Quand les hommes sont morts, ils entrent dans l’histoire. Quand les statues sont mortes, elles entrent dans l’art. Cette botanique de la mort, c’est ce que nous appelons la culture." Ce film, longtemps censuré, c’était « les statues meurent aussi ». On y parlait des œuvres africaines entrées dans les musées européens. 

Mais qu’en est-il des statues élevées sur nos places et au coin de nos rues ? Doivent-elles mourir aussi et laisser la place à d’autres représentations du passé dans nos espaces publics ? 

Publicité

Le débat a été relancé récemment aux Etats-Unis avec le mouvement "Black Lives Matter" mais aussi en France avec deux statues de Victor Schoelcher abattues le 22 mai en Martinique ainsi que d’autres, taggées ou dégradées de De Gaulle ou Gambetta en métropole.

Depuis le début du confinement, l'équipe du Temps du débat a rassemblé sur le site de France Culture, près d'une cinquantaine de textes d’écrivains, d’artistes ou d’intellectuels du monde entier qui nous ont donné leur regard sur la crise en cours. Nous vous invitons à lire la contribution du jour, signée de Nassim Nicholas Taleb : "Le coronavirus n'est pas un cygne noir" 

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Assia Khalid
Réalisation
Hugo Boursier
Collaboration
Thomas Dutter
Réalisation
Rémi Baille
Collaboration
Fanny Richez
Collaboration
Chloë Cambreling
Production déléguée