"Migrants" : D’où vient ce mot, comment est-il utilisé politiquement, comment résonne-t-il dans le débat public ? - Sarah Marx
"Migrants" : D’où vient ce mot, comment est-il utilisé politiquement, comment résonne-t-il dans le débat public ? - Sarah Marx
"Migrants" : D’où vient ce mot, comment est-il utilisé politiquement, comment résonne-t-il dans le débat public ? - Sarah Marx
Publicité
Résumé

Avec la pression exercée par la Biélorussie, l'Europe craint une nouvelle "crise migratoire" dans laquelle la figure du migrant est instrumentalisée en arme géopolitique. Si bien qu'il semble impossible de parler de migrants sans crise… Quelles réalités et quels imaginaires recouvre ce terme ?

avec :

Delphine Diaz (Maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université de Reims, auteure de “En exil : les réfugiés en Europe, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours” (Folio Histoire Gallimard, octobre 2021)), Raffaele Simone (Linguiste et philosophe, Professeur de linguistique à l’Université Rome 3).

En savoir plus

L’arrivée de milliers de migrants venus du Proche-Orient à la frontière de la Pologne et de la Biélorussie a relancé l’expression très usitée depuis 2015 de "crise des migrants". 

Mais peut-on parler de crise quand elle dure aussi longtemps à Calais, à Lesbos, en Libye ou à Lampedusa ? 

Publicité

Et faut-il continuer d’utiliser le terme général de migrants pour qualifier des réfugiés ou des exilés climatiques, politiques ou économiques ? 

La situation que connaît l’Europe est-elle si exceptionnelle quand, dans le monde, 22 millions de personnes ont passé les frontières en 2016 et que seuls deux millions d’entre eux et d’entre elles l’ont fait en Europe ? 

L’Europe pense-t-elle les migrants en dehors de la crise ? 

Pour ce débat, Emmanuel Laurentin reçoit Delphine Diaz, maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université de Reims et Raffaele Simone, philosophe et linguiste à l'université Rome III.

"Le mot "migrant" a suscité de nombreuses critiques à partir de 2015 dans le débat médiatique et politique. Cela a commencé en 2015 avec le refus de la version anglaise d'Al-Jazeera d'employer le mot "migrant" car c'est un terme qui tend à déshumaniser les personnes concernées" Delphine Diaz

"Il y a une différence essentielle entre l'immigration des années 80 et l'immigration actuelle, pour la première vague, il s'agissait de gens qui avaient déjà été exposés à la culture italienne avant de venir, alors que l'immigration actuelle concerne des gens qui viennent de très loin : Afghanistan, Iran, Pakistan, d'Inde, et il s'agit aussi de personnes musulmanes, qui ont une culture différente de la nôtre" Raffaele Simone

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Rémi Baille
Collaboration
Sarah Marx
Collaboration
Fanny Richez
Collaboration
Louise André
Réalisation
Chloë Cambreling
Production déléguée
Mathias Mégy
Collaboration
Bruno Baradat
Production déléguée