Laïcité, j'écris ton nom ? - Montreuil, le 20 octobre 2020.
Laïcité, j'écris ton nom ? - Montreuil, le 20 octobre 2020.  ©AFP - AFP
Laïcité, j'écris ton nom ? - Montreuil, le 20 octobre 2020. ©AFP - AFP
Laïcité, j'écris ton nom ? - Montreuil, le 20 octobre 2020. ©AFP - AFP
Publicité

En 1905, la loi sur la laïcité entérinait une valeur qui est devenue centrale à la République française. Pourquoi celle-ci cristallise-t-elle aujourd'hui autant de crispations et de désaccords ?

Avec
  • Valentine Zuber Historienne, directrice d'études à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes (PSL)
  • Catherine Kintzler Professeure honoraire à l’Université de Lille, membre du Conseil des Sages de la Laïcité
  • Jeanne Prades Doctorante à l'Ecole Polytechnique en sciences politiques, membre du laboratoire LinX, chargée de recherches et partenariats à PSL

Ouverte ou intransigeante, avec ou sans adjectif, la laïcité divise un pays qui en a presque fait la quatrième notion de sa devise.

Depuis l’assassinat de Samuel Paty il y a douze jours, le conflit s’est cristallisé autour d’une structure rattachée à Matignon, l’Observatoire de la laïcité, présidé par l’ancien ministre Jean-Louis Bianco. Celui-ci n’aurait pas, selon certains, joué pleinement son rôle et devrait selon Matignon être davantage en phase avec la stratégie de lutte contre les séparatismes.

Publicité

Une tribune publiée dimanche dans le JDD pousse d’ailleurs à ce renouvellement tandis qu’une autre défend son travail qui s’est élevé au dessus des querelles partisanes.

L'Invité(e) des Matins
1h 04

L'équipe