De plus en plus de journalistes se tournent vers la littérature pour partager leurs récits.
De plus en plus de journalistes se tournent vers la littérature pour partager leurs récits.
De plus en plus de journalistes se tournent vers la littérature pour partager leurs récits.  ©Getty - Matthieu Spohn
De plus en plus de journalistes se tournent vers la littérature pour partager leurs récits. ©Getty - Matthieu Spohn
De plus en plus de journalistes se tournent vers la littérature pour partager leurs récits. ©Getty - Matthieu Spohn
Publicité
Résumé

Pour détacher un événement du simple énoncé factuel, certains journalistes se tournent vers l'écriture fictionnelle. Affranchis de la contrainte de l’objectivité, ils peuvent librement mettre en récit l'actualité. La fiction serait-elle donc plus puissante pour rendre compte de la réalité ?

avec :

Benoît Vitkine (Journaliste au Monde), Amélie Mougey (Journaliste, rédactrice en chef de la Revue Dessinée), David Dufresne (Journaliste).

En savoir plus

Les parutions récentes d’un roman signé par le correspondant du journal Le Monde à Moscou, Benoît Vitkine, lauréat du prix Albert Londres 2019, et d’un autre par le journaliste David Dufresne, qui a alerté l’opinion publique sur les violences policières et réalisé un documentaire sur les récents conflits sociaux en France, nous ont donné envie de nous poser la question de l’apport de la fiction au journalisme.

À cette actualité s’ajoute le succès non démenti depuis plusieurs années de la Revue dessinée, dirigé par Amélie Mougey, qui prend à bras le corps des enquêtes journalistiques transcrites dans le langage de la bande dessinée et du roman graphique.

Publicité

Nous les recevons tous les trois, pour comprendre pourquoi le milieu journalistique adopte davantage les codes fictionnels aujourd'hui. 

La fin de l’objectivité ?

Le journalisme revendique un prisme de la réalité. La littérature enlève tous les filtres, on est traversé par le réel et non pas le réceptacle de l’intérêt des uns et des autres.    
David Dufresne 

Le fait d'avoir recours au dessin, cela pose une subjectivité incontestable, car la mise en récit est explicite. Il y a donc une liberté accrue. Ce n'est plus une quête froide des faits. Le jeu du dessin et de la narration apporte un supplément d'âme.  
Amélie Mougey

L’apport de la fiction pour le récit journalistique

L’observation du réel par la littérature, nous permet d’aller beaucoup plus au fond des choses. Le factuel ne peut pas être l’horizon, cela doit être autre chose. L’émotion pure passe par la littérature.
David Dufresne

Dans un roman, je peux rajouter des choses supplémentaires qui permettent d’aller plus loin dans la psychologie des personnes, dans leur histoire, dans leurs sentiments. Mais je ne fais pas de hiérarchie entre le médium qui permet d’informer, de faire sentir. Notre travail de journaliste c’est aussi de montrer l’humain derrière la recherche factuelle.    
Benoît Vitkine

19 min

Pour aller plus loin :

La littérature en quête de réel : « Un nouvel âge de l’enquête » de Laurent Demanze, par Lise Wajeman, Mediapart, 09.06.2019.

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Assia Khalid
Réalisation
Hugo Boursier
Collaboration
Thomas Dutter
Réalisation
Rémi Baille
Collaboration
Fanny Richez
Collaboration
Chloë Cambreling
Production déléguée