Quelles leçons va-t-on tirer de la pandémie ? Qu’allons-nous transmettre aux générations futures ?
Quelles leçons va-t-on tirer de la pandémie ? Qu’allons-nous transmettre aux générations futures ?
Quelles leçons va-t-on tirer de la pandémie ? Qu’allons-nous transmettre aux générations futures ? ©Getty - Malte Mueller
Quelles leçons va-t-on tirer de la pandémie ? Qu’allons-nous transmettre aux générations futures ? ©Getty - Malte Mueller
Quelles leçons va-t-on tirer de la pandémie ? Qu’allons-nous transmettre aux générations futures ? ©Getty - Malte Mueller
Publicité
Résumé

Alors que la France connaît un rebond épidémique, la majorité des restrictions est levée ce lundi 14 mars. Après deux ans de crise sanitaire, sait-on dire ce qui a changé dans nos vies ?

avec :

Laetitia Atlani-Duault (Anthropologue et membre du Conseil scientifique sur le Covid-19, initiatrice du projet « Institut Covid-19 Ad Memoriam », plateforme de recherche et de réflexion collective qui a pour vocation d'évaluer les implications sociales de la pandémie), Raphaël Kempf (Avocat au Barreau de Paris).

En savoir plus

Il y a deux ans jour pour jour, la menace du Covid, concrétisée le 17 mars par le premier confinement, montait inexorablement.

Alors, personne ne s’imaginait le cortège de bouleversements qui accompagnerait cette croissance du virus : restrictions de déplacement, autorisations de sortie,  obligation progressive du masque, interdictions de rassemblement, vaccination, pass sanitaire puis pass vaccinal…

Publicité

En ce jour où l’obligation du pass vaccinal est supprimée mais le pass sanitaire maintenu dans les établissements de santé, tout comme le port du masque qui demeure également exige dans les transports en commun, nous nous demandons quelles fractures, visibles ou invisibles, demeurent dans notre société, et quelles traces le Covid a laissé en nous et entre nous.

Pour ce débat, Emmanuel Laurentin reçoit Laëtitia Atlani-Duault, anthropologue, présidente de l'Institut Covid19 Ad Memoriam, Raphaël Kempf, avocat pénaliste au barreau de Paris et Jérémy Ward, sociologue, chargé de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM).

Laëtitia Atlani-Duault souligne l'importance des témoignages concernant les vécus des individus durant la pandémie : "Il faut que chacun puisse écrire sa propre histoire. Il faut qu'il y ait participation par la recherche à une construction sociétale citoyenne individuelle ou collective de la mémoire de la pandémie. (...) Il y a des textes sur ce moment de basculement, de sidération, où les gens prennent conscience que leur monde va changer. Il y a des gens qui ont un discours très politique sur la police, la justice, la vaccination, des jeunes qui racontent ce que le confinement a été pour eux, des témoignages de deuil, de perte. Au-delà de cette pluralité d’expériences, garder traces et mémoires permet de décider ensemble dans la société française des valeurs qu’on veut remettre en avant : valeurs de solidarité, de démocratie, de liberté de la presse... Cela nous permet de nous préparer à d’autres crises sanitaires, mais aussi à d’autres crises politiques : l’Ukraine est la nouvelle grande vague de terreur qui nous arrive et nous sidère."

Raphaël Kempf met en lumière le non-respect du droit par le Gouvernement durant la crise, et la mise en danger des libertés fondamentales : "Le Gouvernement a décidé de recourir à un régime juridique d’exception, de faire confiance à la police pour appliquer ce régime, et de suspendre certaines des garanties les plus fondamentales. (...) On a pu voir des effets de discriminations dans la manière dont ont été appliquées les mesures de police pendant l’état d’urgence sanitaire. (...) Le Gouvernement et le législateur ont fait fi à de nombreuses reprises au cours de la gestion de la pandémie du droit et des principes de droit. (...) J’ai du mal à partager un discours optimiste autour de valeurs de solidarité. (...) Il y a une forme de paradigme de l’Etat d’exception, face à une nouvelle crise : le Gouvernement n’est pas capable de penser la résolution de cette crise en dehors de l’état d’’exception et du recours autoritaire aux forces de l’ordre. Il n’y a eu que très peu d’opposition, ça a été accepté de façon massive. Cela m’inquiète pour la suite : face à une nouvelle crise, est-ce que ce seront les valeurs de solidarité autour desquelles on se serait retrouvés pendant ces deux années qui vont prévaloir ? Ou est-ce que le Gouvernement et le législateur vont en profiter pour prendre des pvrs encore plus importants au détriment des libertés ?"

Jérémy Ward insiste sur l'aspect politique de la vaccination, et sur les leçons à tirer de cette crise notamment au sujet de l'exclusion de certains publics dans le système de santé : "C’est important de réfléchir à la mémoire que l’on va construire pour cette épidémie, parce que le risque est d’attendre que ce soit fini et qu’on ne voit pas toutes les transformations qui ont eu lieu pendant le Covid, et que ce soit du point de vue des restrictions des libertés publiques ou des outils de communication à la disposition du Gouvernement. La carte d'expérience du Covid est socialement et politiquement différenciée. (...) La vaccination est politique (...) Il peut y avoir des engagements très fins avec des arguments qui peuvent être élaborés très loin des caricatures d’arguments bruts qui rejettent toute forme de vaccination. (...) La crise a donné à voir la défiance vis-à-vis des institutions, avec des gens qui sont surtout désillusionnés de cette politique incarnée à ce moment-là par le Gouvernement. (...) Parmi les leçons que j’aimerais que l’on tire, c’est à quel point on a un système de santé qui a des difficultés à toucher toute une partie des personnes, il faut multiplier une diversité d’outils et favoriser une santé à proximité notamment auprès des publics marginalisés."

38 min
Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Rémi Baille
Collaboration
Fanny Richez
Collaboration
Thomas Jost
Réalisation
Chloë Cambreling
Production déléguée
Mathias Mégy
Collaboration
Juliette Mouëllic
Collaboration