Le ministre de la Santé Olivier Véran lors de son point hebdomadaire le 23 septembre 2020, Paris.  ©AFP - Eliot Blondet
Le ministre de la Santé Olivier Véran lors de son point hebdomadaire le 23 septembre 2020, Paris. ©AFP - Eliot Blondet
Le ministre de la Santé Olivier Véran lors de son point hebdomadaire le 23 septembre 2020, Paris. ©AFP - Eliot Blondet
Publicité
Résumé

Le retour des points hebdomadaires du ministre de la Santé nous rappelle la centralité des chiffres dans la gestion de la crise sanitaire. Statistiques, modélisations, interprétations… Comment s’articule l’utilisation des données et la prise de décision politique ?

avec :

Nadia Maïzi (Mathématicienne, directrice du Centre de Mathématiques Appliquées de MINES ParisTech et directrice de la Chaire Modélisation Prospective au service du Développement Durable (MPDD)), Alain Supiot (Juriste, docteur honoris causae, professeur émérite au Collège de France), Didier Blanchet (Directeur des études et synthèses économiques, président du Comité de suivi des retraites).

En savoir plus

Depuis hier, et les annonces du ministre de la Santé Olivier Véran, nous assistons à une bataille de chiffres venant en particulier de la part des élus de Marseille.

Après tout, depuis six mois, chacun d’entre nous devrait être devenu spécialiste du taux d’incidence et du taux de reproduction du virus de la COVID-19.

Publicité

Tandis que les chiffres des hospitalisations en réanimation et des tests positifs du coronavirus semblent piloter la politique sanitaire de nombreux pays, nous nous demandons ce soir ce que le virus a accéléré ou changé dans le gouvernement par le nombre, auquel un de nos invités, Alain Supiot a consacré de nombreux cours au collège de France.

8 min

Questionner l'immuabilité des nombres

Les opérations de quantification reposent toujours sur des opérations de qualification. Avant la production d'un nombre, il faut toujours s'interroger sur la représentation chiffrée de la réalité. Il peut aussi y avoir un divorce entre les deux. Alain Supiot 

A tous les niveaux de gouvernance, on compare les choux et les carottes. La question de la comparabilité des chiffres est centrale, notamment dans le contexte actuel. Nadia Maïzi

Il y a un enjeu assez important pour l'INSEE : la littératie statistique, c'est-à-dire la compréhension que les citoyens ont des chiffres. On tente de moderniser et de rendre plus accessible notre communication par des actions à tous les niveaux. Mais il y a un dilemme entre une demande de simplicité et la volonté d'obtenir une information complètement descriptive. Didier Blanchet

En partenariat avec La Croix

Crédits : La Croix
Crédits : La Croix