Pouvoir temporel ou pouvoir religieux, qui décide du sacré ?
Pouvoir temporel ou pouvoir religieux, qui décide du sacré ? ©Getty - Gonzalo Azumendi
Pouvoir temporel ou pouvoir religieux, qui décide du sacré ? ©Getty - Gonzalo Azumendi
Pouvoir temporel ou pouvoir religieux, qui décide du sacré ? ©Getty - Gonzalo Azumendi
Publicité

Face à la résurgence de l’accusation de blasphème, peut-on interroger la place du sacré dans nos sociétés ? Est-il aisé de déterminer ce qui relève du sacré ? Comment appréhender le fait religieux au niveau national dans un monde globalisé ?

Avec
  • Olivier Le Trocquer Historien, membre du CVUH (Comité de vigilance face aux usages publics de l'histoire), professeur d’histoire-géographie au lycée et chargé de cours à l’université
  • Nadia Marzouki Politologue, chargée de recherche au CNRS
  • Jean-Louis Schlegel sociologue des religions, philosophe, traducteur et éditeur au Seuil

Depuis l’assassinat de Samuel Paty il y a 3 semaines et l’hommage national qui lui a été rendu dans la cour de La Sorbonne, le gouvernement français a commencé à préciser le contenu de la loi sur le séparatisme et réaffirmé le caractère laïque de la République et son combat contre celles et ceux qui veulent faire primer des préceptes religieux sur les lois laïques.
Parallèlement, dans de nombreux pays musulmans, la republication des caricatures de Charlie Hebdo et le discours présidentiel les défendant ont été entendus comme des provocations et des insultes à l’Islam.
Car nous n’assistons pas qu’à la seule mondialisation de l’économie : la  mondialisation religieuse et même la "déterritorialisation" comme l’écrit Olivier Roy, fait s’affronter des raisons et des sacralités bien différentes sur des mêmes lieux.

Pour aller plus loin : 

Publicité