Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS lors de l'Assemblée mondiale de la santé 2020
Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS lors de l'Assemblée mondiale de la santé 2020
Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS lors de l'Assemblée mondiale de la santé 2020 ©Getty - China news service
Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS lors de l'Assemblée mondiale de la santé 2020 ©Getty - China news service
Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS lors de l'Assemblée mondiale de la santé 2020 ©Getty - China news service
Publicité
Résumé

Le 1er décembre 2021, l'OMS annonçait le lancement de discussions au sujet d'un accord multilatéral pour la prévention, la préparation et la riposte face aux pandémies. Dans un contexte où l'impuissance de l'OMS se vérifie, un accord global est-il crédible ?

avec :

Sylvie Briand (directrice à l'OMS (Organisation mondiale de la santé), en charge de la gestion des risques infectieux), Auriane Guilbaud (Politologue, maitre de conférence à Paris 8.).

En savoir plus

Le 30 janvier 2020, l’OMS lançait une alerte d’urgence de santé publique internationale à propos du nouveau Coronavirus Sars Cov2. Deux ans plus tard, et après de nombreuses polémiques quant à son rôle, le directeur général de l’époque, Tedros Adhanom Ghebreyesus est assuré par le conseil exécutif réuni cette semaine à Genève  d’être réélu à son poste pour un deuxième mandat.

Entre-temps, l’OMS a enjoint les pays membres de cette agence de l’ONU de suivre ses recommandations en matière de vaccins, de rééquilibrage Nord-Sud et, très récemment encore, de l’urgence ou non de procéder à une dose de rappel dans les pays les plus dotés tandis que les pays les plus pauvres n’avaient pas encore délivré une dose à leur population.

Publicité

Ainsi, l’OMS demande et exige, sans que, souvent, ses exigences soient suivies d’effets.

Pour ce débat, Emmanuel Laurentin a le plaisir de recevoir Auriane Guilbaud, maîtresse de conférences en science politique à l’Institut d’Études Européennes de l'université Paris 8, Sylvie Briand, directrice du département préparation et prévention aux risques épidémiques et pandémiques à l’OMS, Isabelle Defourny, directrice des opérations de MSF France.

"Depuis deux ans, ce qui est indéniable, c'est que l'OMS a gagné en visibilité à l'échelle planétaire, et notamment dans les pays comme la France. Ce qu'on a pu observer depuis deux ans, c'est qu'il y a des variations énormes, selon les moments, selon les questions abordées dans le pouvoir d'influence de l'OMS." Auriane Guilbaud

"Cette pandémie a mis l'OMS sous les projecteurs car elle affecte tous les États du monde. Cette pandémie a réellement démontré que les maladies infectieuses pouvaient vraiment toucher tout le monde, donc ça a posé le débat à un niveau différent." Sylvie Briand

"Il y a énormément d'acteurs dans le domaine de la santé mais finalement, il y en a très peu dans les urgences, et l'OMS a cette spécificité d'intervenir dans les épidémies. On a souvent critiqué le retard de l'OMS mais ça n'a pas toujours été le cas, loin de là. Cette possibilité qu'a l'OMS d'alerter de façon très rapide et d'orienter les réponses de façon rapide, je trouve ça quand même assez rare parmi tous les autres acteurs que vous avez cité."  Isabelle Defourny

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Rémi Baille
Collaboration
Fanny Richez
Collaboration
Thomas Jost
Réalisation
Chloë Cambreling
Production déléguée
Mathias Mégy
Collaboration