Deux ouvriers de la "Fonderie de Bretagne", une usine affiliée au groupe Renault, s'enlacent après l'annonce du maintien du site, vendredi 29 mai 2020.
Deux ouvriers de la "Fonderie de Bretagne", une usine affiliée au groupe Renault, s'enlacent après l'annonce du maintien du site, vendredi 29 mai 2020.  ©AFP - Fred Tanneau
Deux ouvriers de la "Fonderie de Bretagne", une usine affiliée au groupe Renault, s'enlacent après l'annonce du maintien du site, vendredi 29 mai 2020. ©AFP - Fred Tanneau
Deux ouvriers de la "Fonderie de Bretagne", une usine affiliée au groupe Renault, s'enlacent après l'annonce du maintien du site, vendredi 29 mai 2020. ©AFP - Fred Tanneau
Publicité

Les mesures s'enchaînent pour sauver l'industrie automobile en grande difficulté avec la crise sanitaire, alors que Renault a confirmé ce vendredi la suppression de 4500 emplois en France. Dans ces conditions, quel rôle pour l'État ?

Avec
  • Jean-Philippe Feldman Professeur agrégé des facultés de droit et maître de conférences à SciencesPo. Avocat à la Cour de Paris
  • Jean-Louis Loubet Professeur d'histoire économique à l'université d'Evry-Val d'Essonne
  • Anne Eydoux Maîtresse de conférences d’économie au Cnam, chercheuse au Centre d’études de l’emploi et du travail (CEET) et au Laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique (Lise), membre des Economistes atterrés

Ce matin, le groupe Renault a annoncé 15 000 suppressions d’emplois dans le monde et 4 600 en France. Dans le même temps, l’État, actionnaire à 15%, a posé des conditions en contrepartie du prêt de 5 milliards qu’il garantit au groupe automobile.

Qu’est ce que cette situation, entre argent public et argent privé, nous dit de la place de l’automobile dans notre économie ? L’État n’est-il là que pour sauver les entreprises ou pour mette en œuvre une politique industrielle, comme au temps de la planification ? 

Publicité

A gauche comme à droite les avis divergent sur ce rôle de l’État dans l’économie et l’investissement. Le temps du confinement a coïncidé avec l’idée d’un retour de l’État. Mais un mois plus tard qu’en est-il vraiment ?

Depuis le début du confinement, l'équipe du Temps du débat a  rassemblé sur le site de France Culture, près d'une cinquantaine de  textes d’écrivains, d’artistes ou d’intellectuels du monde entier qui  nous ont donné leur regard sur la crise en cours. 

Nous vous invitons à lire la contribution du jour, signée Ayşen Uysal : "Repenser les manifestations au temps du confinement"

Toutes les chroniques de la série Coronavirus, une conversation mondiale sont disponibles ici

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Production
Assia Khalid
Réalisation
Hugo Boursier
Collaboration
Thomas Dutter
Réalisation
Marie-Laure Ciboulet
Réalisation
Rémi Baille
Collaboration
Peire Legras
Réalisation
Fanny Richez
Collaboration
Alexandre Manzanares
Réalisation
Chloë Cambreling
Chloë Cambreling
Chloë Cambreling
Production déléguée