"Nous disons oui à l’armure d’Iron Man et non à l’augmentation et à la mutation génétique de Spiderman", a déclaré la ministre des Armées début décembre
"Nous disons oui à l’armure d’Iron Man et non à l’augmentation et à la mutation génétique de Spiderman", a déclaré la ministre des Armées début décembre
"Nous disons oui à l’armure d’Iron Man et non à l’augmentation et à la mutation génétique de Spiderman", a déclaré la ministre des Armées début décembre ©Getty - Arnold Salvador / EyeEm
"Nous disons oui à l’armure d’Iron Man et non à l’augmentation et à la mutation génétique de Spiderman", a déclaré la ministre des Armées début décembre ©Getty - Arnold Salvador / EyeEm
"Nous disons oui à l’armure d’Iron Man et non à l’augmentation et à la mutation génétique de Spiderman", a déclaré la ministre des Armées début décembre ©Getty - Arnold Salvador / EyeEm
Publicité
Résumé

Le comité d'éthique du ministère des Armées a donné il y a un mois son feu vert à la recherche sur le soldat augmenté, avec des réserves sur les augmentations « invasives », celles qui ne se limitent pas à l'équipement. Jusqu'à quel point augmenter les corps combattants ? Pour quelle supériorité ?

avec :

Jeanne Teboul (Anthropologue et maîtresse de conférences à l'Unviersité de Strasbourg,autrice de "Corps combattant, la production du soldat" (Editions de la maison des sciences de l’homme, 2017)), Emmanuel Goffi (chercheur au Center for Defense and Security Studies de l’Université du Manitoba à Winnipeg Canada.), Henri Bentégeat (général, chef d'état-major des armées (CEMA) de 2002 à 2006).

En savoir plus

C’était il y a une heure et demie, en passant près du Grand Palais, à Paris, pour gagner la Maison de la radio, j’ai croisé, sur les trottoirs du pont Alexandre III les deux cordons de militaires et les rares civils alignés pour rendre hommage au sergent-chef Yvonne Huynh et le brigadier-chef Loïc Risser morts au Mali le 2 janvier. 

Car, de ces morts au combat, nous connaissons les noms et les visages tant la guerre a changé, passant de la guerre de masse du XXeme siècle à une guerre aux morts plus rares mais moins acceptés par la société.
Dans ce contexte, l’idée du soldat augmenté -des combattants dont les capacités physiques ou cognitives sont augmentées grâce aux technologies- a fait son chemin jusqu’à provoquer depuis un an la réflexion du comité d’éthique de La Défense qui a rendu un rapport sur le sujet en décembre.

Publicité

À lire aussi : "Soldat augmenté" : le feu vert du Ministère des Armées

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Hugo Boursier
Collaboration
Félix Levacher
Réalisation
Rémi Baille
Collaboration
Fanny Richez
Collaboration
Chloë Cambreling
Production déléguée