La Nuit des Idées
La Nuit des Idées
La Nuit des Idées
La Nuit des Idées
La Nuit des Idées
Publicité
Résumé

Diffusion des 5 débats enregistrés le 30 janvier en public au Collège de France dans le cadre de la Nuit des idées 2020 : Être vivant, organisée par l'Institut français.

avec :

Didier Leschi (Directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII)), François Héran (Sociologue et professeur au collège de France), Philippe Aghion (Economiste, Professeur au Collège de France.), Pierre-Michel Menger (sociologue, titulaire de la chaire Sociologie du travail créateur au Collège de France), Alain Fischer (Médecin, professeur d'immunologie et Président du comité d'orientation de la "Concertation citoyenne sur les vaccinations"), Isabelle de Gaulmyn (Journaliste, rédactrice en chef du quotidien La Croix), Laurence Boone (cheffe économiste de l'OCDE), Cécile Renouard (Philosophe, directrice scientifique du programme de recherche CoDev pour compagnies et développement à l’ESSEC et Présidente du Campus de la Transition.), Christine Angot (Ecrivain, dramaturge), Cynthia Fleury (Philosophe et psychanalyste, professeure au Conservatoire National des Arts et Métiers, professeure associée à l'Ecole des Mines de Paris et directrice de la chaire de philosophie à l'hôpital Ste-Anne).

En savoir plus

Quelles lois pour le vivant ?

Emmanuel Laurentin et Chloé Cambreling s'entretiennent avec Alain Fischer, médecin immunologue, professeur au Collège de France - chaire « Médecine expérimentale » et Isabelle de Gaulmyn, rédactrice en chef du journal La Croix   

Retraites : la prévision est-elle une illusion ?

Emmanuel Laurentin et Chloé Cambreling s'entretiennent avec Philippe Aghion, économiste, Professeur au Collège de France   - chaire « Economie des institutions, de l’innovation et de la  croissance » et Laurence Boone, cheffe économiste de l’OCDE

Publicité

L’effondrement est-il attirant ?

Collapsologie, un mot entré en cinq ans à peine dans notre vocabulaire. Et qui désigne l’effondrement qui vient, ou qui viendrait, au point que l’on peut se demander si cet effondrement ne serait pas finalement attirant ?

Emmanuel Laurentin et Chloé Cambreling s'entretiennent avec Cynthia Fleury, philosophe et psychanalyste, professeure au Conservatoire national des  Arts et Métiers, titulaire de la Chaire Humanités et Santé et Cécile Renouard,  religieuse de l’Assomption, professeure de philosophie au Centre Sèvres  et enseignante à l’Ecole des Mines de Paris, à l’ESSEC et à Sciences  Po.

Cynthia Fleury : Si l’effondrement est attirant ? La réponse est oui : il y a une esthétique de l'effondrement. Parce qu'il provoque une fascination immense, cette espèce de tremendum, de frisson devant le sublime, devant ce qui n’est pas synthétisable par l’entendement humain. L’effondrement est un objet idéal pour la dynamique captologique propre aux industries culturelles. Nous vivons sous l'emprise d'un tel effet de saturation par les images, d'une mécanique addictive qui fait que nous avons besoin de toujours plus d'images de catastrophes.

Cécile Renouard : Le mot effondrement suscite de nombreux débats parce que personne ne voit très bien s’il s’agit de décrire un effondrement certain, à une date proche, ou s'il renvoie au fait que nous vivons collectivement au-dessus de nos moyens, à un certain effondrement de la civilisation industrielle, qui est peut-être souhaitable parce que c’est cela qui conduit l’humanité à sa perte et qui constitue une double peine pour ceux qui sont les plus vulnérables, et qui sont doublement affectés par les catastrophes environnementales notamment. Pour certains, l’effondrement est un discours qui ne serait pas scientifique parce que personne n’est capable de prédire cet effondrement, qu’il soit financier, économique, culturel, politique, écologique. Ce que je trouve intéressant, c’est précisément que ce discours donne à réfléchir aux formes de vivre ensemble que nous voulons valoriser dans nos sociétés. Et c’est cela qui je pense attire tant de jeunes dans le discours de Pablo Servigne c’est comment renouer avec des formes de lien social largement délitées aujourd’hui et réfléchir à ce qui peut être fait face à cette menace, pas pour dire qu’elle est inéluctable, mais pour dire que nous devons puiser collectivement dans nos ressources esthétiques, relationnelles, spirituelles, éthiques, politiques, afin de réussir à transformer nos manières de vivre.

Immigration :  débat impossible ?

Emmanuel Laurentin et Chloé Cambreling s'entretiennent avec François Héran, sociologue, anthropologue et démographe, professeur au Collège de France - chaire « Migrations et sociétés »  et Didier Leschi, président de l'Office français de l'immigration et de l'intégration 

Les artistes sont-ils au-dessus des lois ?  

Emmanuel Laurentin et Chloé Cambreling s'entretiennent avec Pierre-Michel Menger, sociologue, professeur au Collège de France  - chaire « Sociologie du travail créateur »  et Christine Angot, écrivain

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Hugo Boursier
Collaboration
Thomas Dutter
Réalisation
Rémi Baille
Collaboration
Fanny Richez
Collaboration
Chloë Cambreling
Production déléguée