Les sprinteurs, concourant au 10 000 mètres masculin, lors des Mondiaux d'Athlétisme de Doha. Ce championnat aura aussi été celui des abandons et des blessures (Doha, le 06/10/2019)
Les sprinteurs, concourant au 10 000 mètres masculin, lors des Mondiaux d'Athlétisme de Doha. Ce championnat aura aussi été celui des abandons et des blessures (Doha, le 06/10/2019)
Les sprinteurs, concourant au 10 000 mètres masculin, lors des Mondiaux d'Athlétisme de Doha. Ce championnat aura aussi été celui des abandons et des blessures (Doha, le 06/10/2019) ©AFP - Jewel SAMAD
Les sprinteurs, concourant au 10 000 mètres masculin, lors des Mondiaux d'Athlétisme de Doha. Ce championnat aura aussi été celui des abandons et des blessures (Doha, le 06/10/2019) ©AFP - Jewel SAMAD
Les sprinteurs, concourant au 10 000 mètres masculin, lors des Mondiaux d'Athlétisme de Doha. Ce championnat aura aussi été celui des abandons et des blessures (Doha, le 06/10/2019) ©AFP - Jewel SAMAD
Publicité
Résumé

Bilan des Mondiaux d’athlétisme de Doha : un nouveau record du monde dans un stade climatisé et un record inédit, celui des abandons, pour les épreuves en extérieur. Réchauffement climatique, contrôles anti-dopage et limites physiologiques du corps vont-ils conduire à la fin des records sportifs ?

avec :

Frédéric Ferrer (auteur-metteur en scène - géographe), Isabelle Queval (philosophe, professeure à l’INSHEA et ancienne sportive de haut-niveau), Véronique Billat (Directrice de l'Unité Inserm de biologie intégrative des adaptations à l'exercice (UBIAE), directrice du LEPHE (Laboratoire d’Etude de la PHysiologie de l’Exercice)).

En savoir plus

Les derniers championnats du monde d’athlétisme, qui se sont terminées dimanche à Doha, ont provoqué une vague d’amertume chez tous les commentateurs sportifs, à la fois en raison de conditions d’organisation complexes mais également de résultats qui, sans être catastrophiques, sont loin des records battus chaque saison dans les années 1990-2000. Déjà, à cette époque, les observateurs de la vie sportive annonçaient une période de ralentissement des performances. Mais avec l’espoir d’une science augmentée, il restait un espoir pour ceux qui croyaient encore à la devise olympique Citius, Altius Fortius, "Plus vite, plus haut, plus fort". Qu’en est-il aujourd’hui ? 

Pour aller plus loin:

Publicité

Sur le corps, ses limites et le dopage 

"Les limites de l’amélioration de la performance sportive", Le Temps, le 20/09/2017

"Quand le corps sportif atteint ses limites", La Croix, le 08/10/2018

"Les records sportifs auront-ils une fin ?", Pour la Science, le 23/11/2012

"Marathon : la barrière des 2 heures va-t-elle enfin tomber ?", Ouest France, le 07/10/2019

"Jean-François Toussaint : « On assiste à un plafonnement des performances humaines »", L'Humanité, le 11/12/2017

Dopage, la fin du jeu de dupes ?de Pierre Steiner, critique sur le site Le Monde, le 29/10/2016 

Retour sur les Mondiaux d'athlétisme, au Qatar

"Mondiaux d’athlétisme au Qatar : un triste record d’abandons au marathon femmes", Le Parisien, le 28/09/2019

"Mondiaux de Doha : Le stade vide, autre pierre dans le jardin du Qatar", Le Figaro, le 30/09/2019

"L'athlétisme à l'heure de la décroissance des performances", Libération, le 27/09/2019

Sur nos invités :

"Athlétisme: les performances du marathon passées au crible par la science", Entretien avec Véronique Billat pour RFI, le 08/05/2019

Sur la pièce Olympicorama, de Frédéric Ferrer

« Entretien avec Isabelle Queval », Corps, 2009/2 (n° 7), p. 5-9

11 min
2 min
Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Hugo Boursier
Collaboration
Thomas Dutter
Réalisation
Rémi Baille
Collaboration
Fanny Richez
Collaboration
Chloë Cambreling
Production déléguée