Bertrand Tavernier lors du 63e festival de Cannes.  ©AFP - MARTIN BUREAU
Bertrand Tavernier lors du 63e festival de Cannes. ©AFP - MARTIN BUREAU
Bertrand Tavernier lors du 63e festival de Cannes. ©AFP - MARTIN BUREAU
Publicité
Résumé

Dans la constellation des passionnés de cinéma devenus metteurs en scène, il y a Bertrand Tavernier. Passant de la fiction au documentaire, le réalisateur ne cesse de nourrir sa propre cinéphilie.

avec :

Bertrand Tavernier (Réalisateur, scénariste, producteur, écrivain).

En savoir plus

Il est le réalisateur de l’Horloger de Saint-Paul, de Que la fête commence, du Juge et l’assassin, de Coup de torchon, de La mort en direct, de Laissez-passer, de Capitaine Conan, de L’Appât et de La Princesse de Montpensier… Et avant d’être cinéaste, il était déjà, en quelque sorte, cinéaste : assistant de Jean-Pierre Melville, Bertrand Tavernier a aussi été critique de cinéma et attaché de presse.

Etre attaché de presse, ça m'a aidé à apprendre mon métier, en allant sur le plateau. C'est Melville qui a voulu que je sois attaché de presse. Il avait constaté, non sans justesse, que j'étais un très mauvais assistant réalisateur, que j'étais paralysé par le trac. Il faut dire qu'avec Melville, il y avait de quoi parce qu'il était épouvantablement intimidant, il pouvait même être humiliant. Bertrand Tavernier

Publicité

C'est sur papier qu'il raconte aujourd'hui cette infatigable cinéphilie dans Le cinéma dans le sang, un livre d’entretiens menés avec Noël Simsolo et paru aux éditions Ecritures (2011).  Bertrand Tavernier évoque sa famille, ses films et ses grandes rencontres : Aragon, Sautet, Schlöndorff, Melville, Chabrol, Godard, Rohmer, Rivette, Ford, Walsh, Aurenche, Soupault, Eastwood, Scorsese, Tarentino, Huppert, Noiret et bien d'autres…

Je suis content de recevoir des prix. (...) Mais je suis vraiment touché quand quelqu'un vient me voir dans la rue pour dire : "Vos films ont illuminé ma vie". C'est formidable.

18 min

Si ses films sont toujours très différents les uns des autres, ce qui les rend parfois difficiles à financer, Bertrand Tavernier parvient à voir en eux un socle commun : 

Ils continuent à refléter la même passion, le même enthousiasme et le même désir de découvrir des univers, de me plonger dans des univers. "Dans la brume électrique" et "La Princesse de Montpensier" ont énormément en commun. Dans les deux cas, je me suis plongé dans des mondes que je ne connaissais pas du tout ! La Louisiane du Sud et le monde du XVIe siècle, j'en avais de vagues souvenirs scolaires. Dans les deux cas, j'ai eu l'impression de m'enrichir de tellement de choses et, je pense, de le restituer. 

Bertrand Tavernier  est l’invité du Tête-à-tête de Frédéric Taddeï.

Bertrand Tavernier
Bertrand Tavernier
© Radio France
59 min
Références

L'équipe

Romain de Becdelièvre
Romain de Becdelièvre