Couverture de l'album "Ma vie" de Mc Jean Gabin et du livre de Michel Patrick Lonoh, " J'étais Black dragons”  - M.A.
Couverture de l'album "Ma vie" de Mc Jean Gabin et du livre de Michel Patrick Lonoh, " J'étais Black dragons” - M.A.
Couverture de l'album "Ma vie" de Mc Jean Gabin et du livre de Michel Patrick Lonoh, " J'étais Black dragons” - M.A.
Publicité
Résumé

Quand la jeunesse française s’inspirait des blacks panthers, de la zulu nation et des gangs américains.

En savoir plus

Les années 80/90 c’est l’époque des bandes qui errent sur la place carrée des Halles à Paris, c’est l'époque de la dépouille à la sortie des lycées et c’est le moment où les médias racontent la peur des “zoulous”.

Mais ce qu'on raconte moins c’est que c’est aussi l’arrivée du hip hop, et avec lui celle d’une culture noire venue des États-Unis qui permet à une certaine jeunesse de s’identifier et de se dresser contre les bandes de skins qui sont un des signes d’une société dans laquelle le racisme a encore une grande place.

Publicité

Le rappeur Gabin, ancien membre des "Requins vicieux" se souvient de cette époque : "Le combat est déjà perdu d'avance puisque eux (la police et les skinheads ndlr) vont jouer sur un truc qui s'appelle la couleur et nous, on va finir au commissariat avec un truc qui va être dans notre défaveur : la couleur. Voilà en vérité le vrai problème, ce truc de skinheads n'a jamais été un problème pour la police puisque moi, je n'ai jamais entendu trop de skinhead qui se sont fait arrêter."

Mais quand les skins sont partis, l’habitude des bagarres et des rivalités s’est installée et la guerre contre les skins devient malheureusement, à l'échelle de Paris et des banlieues, la "guerre des gangs" comme l’explique Marwan Mohammed, sociologue spécialiste des phénomènes de bandes parisiennes : "Des grandes bandes qui se sont créées par le regroupement de cliques ou d'individualités qui venaient de différents quartiers et qui ont créé des espèces de grands groupes, de fédérations, et qui ont été engagées pour une partie d'entre eux, d'abord dans la lutte antifasciste et d'autres ensuite au même moment dans des formes de délinquance et de violence beaucoup plus problématiques."

Michel Patrick Lonoh, auteur et ancien membre des “Black dragons” évoque avec regret cette "guerre des gangs" : "C’est un regret parce que ça allait vraiment à l’encontre de tout ce que je pensais, de tout ce qui faisait que j’étais là, de toutes les histoires entendues sur les Blacks Panthers, sur l’unité… c’est un regret, on s’est tous perdus en fait."

Avec :

  • Gabin chanteur, auteur, chanteur, sportif et ancien membre des “Requins vicieux”
  • Michel Patrick Lonoh, auteur et ancien membre des “Black dragons” 
  • Marwan Mohammed, sociologue spécialiste des phénomènes de bande

Un podcast de Perrine Kervran, réalisé par Séverine Cassar.

Références

L'équipe

Perrine Kervran
Perrine Kervran
Maryvonne Abolivier
Collaboration
Anahi Morales
Collaboration