Le champagne, pour les grandes occasions uniquement ?
Le champagne, pour les grandes occasions uniquement ?
Le champagne, pour les grandes occasions uniquement ? ©Maxppp - Isabelle Rozenbaum
Le champagne, pour les grandes occasions uniquement ? ©Maxppp - Isabelle Rozenbaum
Le champagne, pour les grandes occasions uniquement ? ©Maxppp - Isabelle Rozenbaum
Publicité
Résumé

En cette période de fête, il est temps de se demander pourquoi, pour de nombreux Français, le même rituel revient irrémédiablement chaque 31 décembre : celui de sabler le champagne avant que l'année ne s'achève.

avec :

Yves Tesson (Histoire et spécialiste du champagne), Delphine Brulez (Vigneronne, membre de l'association les Fa'bulleuses).

En savoir plus

En ce dernier dimanche de l’année, période traditionnellement propice à la fête et aux gueuletons qui l’accompagnent, zoom sur l’une des icônes les plus célèbres et les plus festives de notre gastronomie. Un vin tout particulier, synonyme des grandes occasions, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2015 : le champagne. Historiquement réservé aux classes aristocratiques, le champagne s’est aujourd’hui démocratisé au point que selon une enquête de 2016 menée par les vignerons champenois, plus de 80% des Français déclarent en boire le 31 décembre.  Comment et pourquoi le champagne est-il devenu LA boisson de fête par excellence ? C'est ce que nous allons tenter de comprendre avec nos deux invités : 

Delphine Brulez, vigneronne et membre de l'association Les Fa'bulleuses

Publicité

D’un point de vue œnologique, le champagne c’est du vin. Depuis Pasteur, on a décrypté les secrets de la fermentation alcoolique, on a su les maîtriser. Mais le champagne reste une transformation du raisin en alcool. Sa marque de fabrique, ce sont les bulles."

Les bas prix sur des marques font du tort à l'image du champagne. On ne peut pas dicter les politiques d'entreprise des supermarchés, mais c'est à nous de prendre les devants et d'être de bons pédagogues, de montrer qu'on peut consommer le champagne d'une autre façon."

Yves Tesson, historien spécialiste du champagne

Avant d'être un grand vin effervescent, le champagne a été du vin tout court. Il y avait des querelles entre les médecins à la cour qui se battaient pour savoir s'il fallait prescrire au roi du vin de Bourgogne ou du vin de Champagne. Le roi disait lui-même préférer le vin de Bourgogne pour sa santé, et le vin de Champagne pour le goût."  

Les sacres ont joué un rôle important dans l'évolution du champagne. Il y avait des banquets, à Reims, où l'on servait du vin de Champagne. Mais le premier sacre où l'on est absolument sûr de retrouver du vin effervescent date de celui de Louis XV." 

On a longtemps été incapable de dompter la mousse. La question était de savoir combien de sucre rajouter pour avoir une fermentation optimale. On pouvait comme ça perdre tout son stock et le coût de la production était alors très élevé. Il faut attendre Jean-Baptiste François, un pharmacien du XIXe siècle, qui va mettre au point une méthode pour mesurer la quantité de sucre qu'il faut mettre. C'est à ce moment que le champagne connaît une première phase de démocratisation : il passe de l'aristocratie à la bourgeoisie."

Extrait musical entendu dans l'émission ♪♫

Pour aller plus loin :

Références

L'équipe

Caroline Broué
Caroline Broué
Caroline Broué
Production
Virginie Le Duault
Collaboration
Mattéo Caranta
Chronique
Pierre Hivernat
Chronique
Roxane Poulain
Collaboration
Stéphanie Villeneuve
Production déléguée