Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Julien Denormandie. ©AFP - Joel Saget
Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Julien Denormandie. ©AFP - Joel Saget
Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Julien Denormandie. ©AFP - Joel Saget
Publicité
Résumé

A quelques jours du début du Salon de l'agriculture, le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Julien Denormandie est l'invité des Bonnes choses. Au menu de cet entretien: éducation et précarité alimentaire, rémunération des producteurs et souveraineté agricole.

En savoir plus

Nous recevons le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Julien Denormandie à quelques jours du Salon de l'agriculture pour évoquer les nombreux enjeux liés à l'alimentation et tenter de répondre à cette question, centrale : comment faire en sorte que la gastronomie soit un bien commun, et non un privilège réservé à certains ?

A cette interrogation, le ministre répond : "le premier des combats, c'est les repas dans les cantines : elles doivent être un lieu de l'alimentation de qualité. Il faut redonner cette valeur à l’alimentation et cela passe d’abord par l’école", affirme-t-il, avant de poursuivre : "s*’alimenter n’est pas juste un réflexe, on doit s'approprier l'acte de s'alimenter comme un acte nutritionnel. L’inégalité nutritionnelle dans notre pays est une réalité*". Rappelons qu'alors que les prix alimentaires sont en hausse, 90% des enfants et 70% des adultes ne consommeraient pas les cinq fruits et légumes recommandés, selon l'association Familles Rurales, qui appelle à la mise en place d'un chèque fruits et légumes pour les familles les plus modestes.

Publicité

"Notre alimentation est une partie de nous-mêmes, de notre territoire. Je ne suis pas là pour dicter vos choix alimentaires, l’unique débat pour moi est sur la qualité de ce que nous mangeons", affirme Julien Denormandie, qui se rendra pour la première fois au Salon de l'agriculture en qualité de ministre. L'occasion de faire "le point sur la rémunération des agriculteurs", alors que les négociations commerciales entre grandes enseignes, producteurs et industriels sont encore en cours.

Pour aller plus loin :

Références

L'équipe

Caroline Broué
Caroline Broué
Caroline Broué
Production
Roxane Poulain
Collaboration
June Loper
Réalisation