©Getty - Yevgen Romanenko - Kai Zho / EyeEm
©Getty - Yevgen Romanenko - Kai Zho / EyeEm
©Getty - Yevgen Romanenko - Kai Zho / EyeEm
Publicité
Résumé

Avec Xavier Mathias, formateur en maraîchage et jardinage bio, auteur de "La vie érotique de mon potager", et Nathalie Helal, journaliste gastronomique en charge de la rubrique Histoire et alimentation à Histoire magazine, autrice de "Même les légumes ont un sexe".

avec :

Nathalie Hélal (journaliste gastronomique), Xavier Mathias (enseignant, formateur en maraîchage biologique et techniques potagères pour le réseau des “Fermes d’Avenir).

En savoir plus

C’est la dernière de la saison avant l’été, et pour entamer les vacances nous avons eu envie d’une émission en forme de clin d’oeil à nos petits camarades de la presse écrite qui bouclent leur numéro sur le marronnier de l’été : le sexe. Car l’alimentation n’y échappe pas, et les plaisirs de la chère sont aussi ceux de la chair. Quoi de plus érotique qu’un potager ? Comment expliquer ce lien si profond entre sexe et nourriture ?

Nathalie Hélal 

Publicité

Il y a de nombreux végétaux qui sont une invitation à l'amour, qui ont été des aphrodisiaques au cours de l'Histoire. La verveine, par exemple, c'est inattendu, on pense à la verveine de notre grand-mère : et pourtant, autres temps, autres moeurs, au Moyen-Âge la verveine était considérée comme un aphrodisiaque. Les femmes en portaient en colliers de fleurs autour du cou pour attirer les hommes et les hommes s'enduisaient le sexe de la sève de cette plante pour se donner de la vigueur !

Les "pasteis de nata", ces petits flans aux oeufs portugais, ont été créés au XVIe et XVIIe siècle. On envoyait les femmes aristocrates trop frivoles dans les couvents, où elles continuaient à recevoir leurs amants... Et elles s'amusaient dans leur temps libre à créer des tas de pâtisseries. C'est ainsi que cette friandise est née dans des couvents.

Xavier Matthias 

Prenez la fleur bourrache ​par exemple : certaines sont bleues, d'autres roses​,​ c'est étrange, et cela s'​explique par la sexualité : quand la fleur n'est pas encore fécondée, elle est bleue parce que les insectes v​oient mieux cette couleur, et une fois fécondée elle prend une teinte vieux rose, couleur que les insectes voient moins. En d'autres termes, la bourrache change de couleur afin que les fleurs qui ne sont pas encore ​fécondées puissent l'être.

Références

L'équipe

Caroline Broué
Caroline Broué
Caroline Broué
Production
Stéphanie Villeneuve
Production déléguée