Vive le printemps !

Exemple de table à Norouz
Exemple de table à Norouz ©Getty - Payman Heydarzadeh / EyeEm
Exemple de table à Norouz ©Getty - Payman Heydarzadeh / EyeEm
Exemple de table à Norouz ©Getty - Payman Heydarzadeh / EyeEm
Publicité

A l’occasion de Norouz, la fête du printemps et le nouvel an perse, avec l’anthropologue Salvatore D’Onofrio et le chef iranien Sam Tavassoli du restaurant Mazeh à Paris.

Avec
  • Sam Tavassoli Chef du restaurant le Mazeh à Paris
  • Salvatore d'Onofrio professeur à l’université de Palerme, membre du laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France, chargé de cours à l’Ecole des hautes études en sciences sociales

« Tandis qu’à leurs oeuvres perverses les hommes courent haletants, mars qui rit, malgré les averses, prépare en secret le printemps » nous dit le poète Théophile Gautier. Alors célébrons l’arrivée du printemps avec une fête qui est l’une des plus anciennes de l’humanité et que quelque 300 millions de personnes célèbrent à travers le monde aujourd’hui. Cette fête a pour nom Norouz, elle est inscrite au Patrimoine de l’Unesco depuis 2009, elle a lieu autour du 20 mars (le 21 mars est même reconnu par l’ONU Journée internationale du Norouz depuis 2010), elle correspond au nouvel an iranien, et elle a aussi son père Noël, le Haji Firuz, sorte de fou du roi vêtu de rouge au visage noirci, qui invite les gens à se réjouir en musique…

Salvatore D’Onofrio, auteur du livre Le matin des dieux : du Norouz persan à la Pâque chrétienne (Mimésis, 2018):

Publicité

Norouz est l'une des plus anciennes fêtes au monde mais ses origines sont floues. Les célébrations du Norouz commencent avec le grand ménage qui se déroule dans tous les foyers et se terminent le 13ème jour après le nouvel an, lorsque les familles quittent leur maison et vont pique-niquer en plein air. C'est là qu'ils jettent à l'eau le Sabzeh, ces germes de blé, d'orge ou de lentilles qu'ils font préalablement pousser. Ce geste permet aux familles de se débarrasser de toutes les mauvaises choses accumulées durant l'année écoulée et d'accueillir la nouvelle.  

Sam Tavassoli :

Cette année, la fête du Norouz a eu lieu à 23h à Paris, et nous avons pu le fêter comme il se doit, ce qui n'est pas toujours le cas puisque l'heure change chaque année. C'est un moment d'évasion pour tous les Iraniens. Tout le monde s'est préparé et a dressé la table avec sept éléments qui doivent impérativement commencer par la lettre "S" de l’alphabet persan. Et puis, il y a le menu de Norouz, ces plats que chacun doit manger en respect de la tradition tels que le riz aux herbes avec le poisson blanc, et le "kookoo sabzi" qui est une sorte d'omelette aux herbes. Les herbes ont une place très importante dans la cuisine iranienne. 

Les traditions de Norouz au restaurant du chef Sam Tavassoli : Mazeh à Paris.
Les traditions de Norouz au restaurant du chef Sam Tavassoli : Mazeh à Paris.

En partenariat avec Alimentation Générale :

L'équipe