Antoine Marchand, directeur du Centre d’art Le Lait à Albi (Tarn)

Alan Schmalz, Série Quelques catastrophes, (détail), dessin, 2019, centre d’art Le Lait, Albi
Alan Schmalz, Série Quelques catastrophes, (détail), dessin, 2019, centre d’art Le Lait, Albi - Phœbé Meyer
Alan Schmalz, Série Quelques catastrophes, (détail), dessin, 2019, centre d’art Le Lait, Albi - Phœbé Meyer
Alan Schmalz, Série Quelques catastrophes, (détail), dessin, 2019, centre d’art Le Lait, Albi - Phœbé Meyer
Publicité

Le LAIT est un labo­ra­toire de recher­che dédié à la créa­tion artis­ti­que contem­po­raine et à sa trans­mis­sion : zoom sur l'artiste suisse Alan Schmalz, à propos de son exposition "52 semaines d’oisiveté"

Avec
  • Antoine Marchand Directeur du Centre d'Art Le Lait (Albi - Tarn)

Dans un contexte d’hyper-pro­duc­ti­vité, où notre rap­port au tra­vail est plus com­plexe que jamais, où le fait d’être actif, « utile », condi­tionne géné­ra­le­ment notre place dans ce monde, le titre de l’expo­si­tion d’Alan Schmalz appa­raît un brin pro­vo­ca­teur. Intitulé « 52 semai­nes d’oisi­veté », ce projet déve­loppé spé­ci­fi­que­ment pour le centre d’art contem­po­rain Le Lait, à Albi, inter­roge la notion même de tra­vail, ce que repré­sente aujourd’hui le fait d’être actif – ou non –, la manière dont nos dif­fé­ren­tes acti­vi­tés – rému­né­rées ou non – struc­tu­rent notre quo­ti­dien. À rebours de la ten­dance actuelle, l’artiste invite en effet à ralen­tir la cadence, à s’inter­ro­ger sur ces ryth­mes fré­né­ti­ques qui nous sont par­fois impo­sés, à pren­dre le temps de la réflexion, du lâcher prise. Une ten­ta­tive somme toute un peu uto­pi­que de repen­ser – plus que ren­ver­ser – l’ordre établi, mais qui invite à une réflexion néces­saire sur un modèle qui paraît aujourd’hui à bout de souf­fle, défaillant, et dont il convient de se déta­cher. Une manière également de sou­li­gner la sin­gu­la­rité de ceux qui ten­tent d’échapper à ces dik­tats pro­duc­ti­vis­tes, en déve­lop­pant des modè­les alter­na­tifs, hors du sys­tème domi­nant. Centre d'art Le Lait

Cette expo­si­tion s’ins­crit dans le pro­lon­ge­ment des réflexions enga­gées depuis quel­ques années par Alan Schmalz, cher­chant à révé­ler les inco­hé­ren­ces et les absur­di­tés de nos socié­tés contem­po­rai­nes, que ce soit sur le plan archi­tec­tu­ral, urba­nis­ti­que, envi­ron­ne­men­tal… Combinant des­sins, col­la­ges, sculp­tu­res et matière sonore, ce projet des­sine une forme de nar­ra­tion sin­gu­lière qui se déploie dans les dif­fé­ren­tes salles du centre d’art.
 

Publicité
Alan Schmalz, Le visiteur (détail), 2019, centre d’art Le Lait, Albi
Alan Schmalz, Le visiteur (détail), 2019, centre d’art Le Lait, Albi
- Phœbé Meyer

À propos d'Alan Schmalz : Diplômé de la Haute École d’Art et de Design (HEAD) de Genève en 2014, Alan Schmalz (né en 1987 à Genève ; vit et tra­vaille à Marseille) expose régu­liè­re­ment depuis 2012 dans des lieux et ins­ti­tu­tions tels que le centre d’art contem­po­rain de Genève, le centre d’art de Neuchâtel, The Box (Los Angeles), Salts, New Jerseyy (Bâle), Forde (Genève) ou encore La Rada (Locarno).
Alan Schmalz a récem­ment été en rési­dence à Astérides à Marseille et à la Cité inter­na­tio­nale des arts à Paris. En 2017, il a été lau­réat du Prix Kiefer Hablitzel et a reçu en 2019 le Prix Hirzel. Il est repré­senté par la gale­rie Truth & Consequences (Genève).

Actualités

Exposition 52 semaines d’oisiveté de l’artiste suisse Alan Schmalz (12 octobre 2019 - 26 janvier 2020)

Le Ministère de la Culture vient d’attribuer (septembre 2019) le label « Centre d’art contemporain d’intérêt national » au centre d’art Le Lait, un label attribué à une structure assumant un projet artistique et culturel d’intérêt général en faveur du soutien à la création, à la production et à la diffusion des arts visuels contemporains.

Liens

Centre d'art Le Lait

La gale­rie Truth & Consequences (Genève) qui représente Alan Schmalz

Prise de son Olivier Dupré

L'équipe