Pier Paolo Pasolini en 1971
Pier Paolo Pasolini en 1971
Pier Paolo Pasolini en 1971 ©Getty - Vittoriano Rastelli
Pier Paolo Pasolini en 1971 ©Getty - Vittoriano Rastelli
Pier Paolo Pasolini en 1971 ©Getty - Vittoriano Rastelli
Publicité
Résumé

Pasolini a passé sa vie à créer à partir de lui-même. Poésie, critique, théâtre, roman et cinéma, son oeuvre pourrait être lue comme un geste autobiographique, une manière de sculpter avec passion et culpabilité dans la matière de sa vie, son corps, et des corps de ceux qu'il a aimés...

avec :

René de Ceccatty (Auteur, traducteur, éditeur).

En savoir plus

"Adulte ? Jamais. Jamais : comme l’existence. Qui ne mûrit pas, reste toujours verte, De jour splendide en jour splendide."
Pasolini est-il resté toute sa vie l'enfant de sa mère ? A-t-il été l'homme d'un seul homme : Ninetto Davoli, son grand amour de toujours ? Poésie, critique, théâtre, roman et cinéma, son œuvre pourrait être lue comme un seul geste autobiographique.

L'invité du jour :

René de Ceccatty, auteur, traducteur, éditeur

Publicité

Homme public, homme privé : une vie indissociable de l'oeuvre

Pasolini est complètement nourri de sa vie, de sa sensibilité, il le revendique. Son oeuvre poétique est une oeuvre autobiographique, c'est à dire complètement liée aux événements qui se produisent. Alors bien sûr, ce ne sont pas des événements uniquement intimes, parce qu'il est devenu extrêmement vite un personnage public. Je pense que chez lui il n'y avait pas du tout de scission.  
René de Ceccaty 

Un regard personnel sur le monde

Pasolini a cette perception d'un monde où le sacré, la divinité, est présente. Elle peut être présente dans la sexualité, dans l'émotion esthétique devant un paysage, elle peut être présente aussi dans le regard sur l'humanité. Il avait une très profonde générosité.  
René de Ceccaty 

Lectures de Georges Claisse :

  • Extrait de Rome 1950 : journal intime, dans Adulte ? Jamais,de Pasolini, traduction de René de Ceccatty, éditions Points
  • Extrait de Poésie en forme de rose, de Pasolini, Supplique à ma mère, 1964, traduction de René de Ceccatty, éditions Payot & Rivages
  • Extrait des Sonnets, de Pasolini, Sonnet 76, 1971, traduction de René de Ceccatty, éditions Gallimard
  • Extrait des Sonnets, de Pasolini, Sonnet 81, 1971, traduction de René de Ceccatty, éditions Gallimard
  • Extrait de Pétrole, de Pasolini, 1971 traduction de René de Ceccatty, éditions Gallimard

Sons diffusés :

  • Montage de Nicolas Berger avec une archive de Pasolini, dans l'émission Cinéastes de notre temps, 1966 ; un extrait de Rome 1950 : journal intime lu par Georges Claisse ; une ambiance du film Decameron, de Pasolini, 1971
  • Musique d'Eric Dolphy, God Bless The Child
  • Musique de Riccardo Tesi
  • Musique de Marc Ribot, Fat Man Blues
  • Ambiance du film Mamma Rosa, de Pasolini, 1962
  • Archive de Pasolini, France Inter, 1972
  • Archive de Pasolini sur sa définition de lui-même dans l'émission Cinéastes de notre temps, 1966
  • Archive de Pasolini sur Ninetto, dans L'Atelier de la création, France Culture, 2014
  • Chanson de fin : bande originale du film Des oiseaux, petits et gros, de Pasolini, 1966
Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Elsa Lesaulnier
Collaboration
Thomas Beau
Réalisation
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Isis Jourda
Collaboration
Colomba Grossi
Collaboration
Anaïs Ysebaert
Collaboration