Alain, entouré de ses étudiants du lycée Henri IV, en 1914. - Wikimedia Commons
Alain, entouré de ses étudiants du lycée Henri IV, en 1914. - Wikimedia Commons
Alain, entouré de ses étudiants du lycée Henri IV, en 1914. - Wikimedia Commons
Publicité
Résumé

«Ecrire mon journal, est-ce bien raisonnable? Nous verrons bien.» Les pensées d'Alain étaient-elles destinées aux lecteurs ou s'agit-il d'une d'écriture intime vouée au secret? Quoiqu'il en soit ce journal révèle des mécanismes de pensées parfois bien déroutants. Explications avec Emmanuel Blondel

avec :

Emmanuel Blondel (Président de l'Association des Amis d'Alain).

En savoir plus

Contrairement à d'autres philosophes, Alain  n’a jamais laissé d’indications pour ses papiers après sa mort », mais comme tout écrivain, auteur reconnu, il pouvait se douter de l’importance d’archiver ses propres pensées pour la postérité. 

Ce journal, regroupe selon les mots d’Emmanuel Blondel : « Le projet d’une sociologie réelle, le projet d’une religion de l’homme, projet d’une esthétique, nourrie d’inlassables réflexions sur la musique, la peinture, le théâtre, la poésie et le roman. »   

Publicité

Au delà de ces réflexions, ces cahiers révèlent certains mécanismes de pensées d'Alain. L'antisémitisme qui traverse le journal en filigrane interroge :  comment une pensée antisémite a-t-elle pu naître dans un esprit empreint d’humanisme républicain et de grandeur pédagogique? 

Emmanuel Blondel nous éclaire. 

Archives

La Tribune de Paris, RTF, le 30 décembre 1948 

 Alain est avec ses élèves à son domicile au Vésinet pour entendre une des leçons. Vous m’avez appris à douter et à avoir une foi. Le doute est une chose familière, elle est réputée comme dangereuse, et pourtant loin il est essentiel de douter. 

Lettres ouvertes du 3 mai 1989, France Inter

Julien Gracq revient sur les souvenirs qu’il a de son professeur Alain en classe préparatoire. Il évoque les rituels dans la classe et le goût d’Alain pour aborder conjointement philosophie et littérature. 

Musiques

Beethoven, Trio à cordes en ré majeur

Beethoven, Sonate en sol majeur

Références

L'équipe

Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth
Production
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Isis Jourda
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Marianne Chassort
Collaboration
David Pargamin
Collaboration
Marie Aubert
Collaboration