"Écho et Narcisse" de John William Waterhouse, 1903 - Wikicommons
"Écho et Narcisse" de John William Waterhouse, 1903 - Wikicommons
"Écho et Narcisse" de John William Waterhouse, 1903 - Wikicommons
Publicité
Résumé

Narcisse est un jeune homme fou amoureux de son image reflétée dans l'eau, il ne survivra pas à cet amour... Narcisse est-il coupable de trop s'aimer ou de confondre l'image et la réalité ? Dans les « Métamorphoses », Ovide fait du mythe une réflexion psychologique et philosophique sur l’amour.

avec :

Jacqueline Fabre-Serris (professeure à Lille 3, spécialiste de la Rome antique).

En savoir plus

C’est Ovide qui dans les Métamorphoses (qui paraissent aux alentours du 8ème siècle après JC) donne ses lettres de noblesse au mythe de Narcisse malgré l’évocation de son histoire avant sa propre interprétation.
Le récit des Métamorphoses est complexe : il raconte les mythe sous forme de scènes elles-mêmes insérées dans une trame narrative. L’épisode de Narcisse met en scène une réflexion philosophique et psychologique sur l'amour...

29 min

L'invité du jour :

Jacqueline Fabre-Serris, professeure à Lille 3, spécialiste de la Rome antique
Co-directrice de Lire les mythes aux éditions Presses universitaires du Septentrion, Mythe et poésie dans les Métamorphoses d’Ovide aux éditions Klincksieck.

Publicité

Les mythographes à l'origine de l'histoire de Narcisse

Le mythe de Narcisse trouve son origine bien avant Ovide : il existe deux textes de mythographes, des transmetteurs qui répertorient les mythes, les classifient et essaient de les interpréter, un mythographe contemporain d’Ovide appelé Conon, et un mythographe postérieur qui s’appelle Pausanias.
Conon inscrit le mythe de Narcisse dans la catégorie des histoires sur les insensibles : des jeunes gens qui sont insensibles à l’amour et au désir de l’autre. Chez Conon, Narcisse repousse ses amoureux et donne à l’un d’entre eux une épée, l’invitant à se tuer, ce qu’il fait non sans avoir invoqué Eros qui se venge en inspirant à Narcisse un amour interdit qui le conduit à sa mort.
Pausanias, lui, s’interroge sur la vraisemblance de l’histoire de Narcisse. Il trouve idiot de raconter qu’un adolescent pourrait se regarder dans une source et ne pas se reconnaître. Il propose une autre version : Narcisse a une sœur jumelle qui décède. Il se regarde dans l’eau pour y retrouver alors les traits de sa sœur. On a là un amour incestueux  et impossible.
Jacqueline Fabre-Serris

L'amour et le même

Ovide réfléchit sur l’amour et le désir. Avec l’histoire de Narcisse, il met le doigt sur le fait que dans l’amour il y a toujours du « même », le problème est alors le degré de « même ». Chez Narcisse, c’est le degré le plus excessif du « même » qui rend l’amour impossible.
Jacqueline Fabre-Serris

Lecture d'Ophélia Kolb :

  • Dialogue érotique entre Narcisse et Echo, extrait des Métamorphoses d'Ovide, traduction de Marie Cosnay, éditions de l'Ogre, 2017

Sons diffusés :

  • Archive de Claude Claude Lévi-Strauss définissant la question de mythe, RFI, 1996
  • Lecture d'Etienne Valles d'un extrait du Banquet de Platon 
  • Musique de Amon Tobin, Horsefish
  • Musique de Thomas Ragsdale, Lower fold
  • Chanson de Brigitte Fontaine, Dévaste-moi
Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Marie Simon
Collaboration
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Isis Jourda
Collaboration
Philippe Baudouin
Réalisation
Sharon Houri
Collaboration
Colomba Grossi
Collaboration
Anaïs Ysebaert
Collaboration