Samuel Beckett
Samuel Beckett - Roger Pic
Samuel Beckett - Roger Pic
Samuel Beckett - Roger Pic
Publicité

Quelle est la différence entre la fatigue et l'épuisement ? Pourquoi être couché vaut-il mieux qu'être assis, ou même debout ? Et quel est l'épuisement qui frappe les personnages de Beckett ? Qu'est-ce qui les épuise, et eux, qu'épuisent-ils ?

Avec
  • Jean-Clet Martin philosophe et romancier. Spécialiste de Derrida et de Deleuze, et ancien directeur de programme au Collège international de philosophie

Aujourd'hui nous recevons le philosophe Jean-Clet Martin qui répond à toutes ces questions, et à bien d'autres.

Le texte du jour

L’épuisé, c’est beaucoup plus que le fatigué. « Ce n’est pas de la simple fatigue, je ne suis pas simplement fatigué, malgré l’ascension. » Le fatigué ne dispose plus d’aucune possibilité (subjective) : il ne peut donc réaliser la moindre possibilité (objective). Mais celle-ci demeure, parce qu’on ne réalise jamais tout le possible, on en fait même naître à mesure qu’on en réalise. Le fatigué a seulement épuisé la réalisation, tandis que l’épuisé épuise tout le possible. Le fatigué ne peut plus réaliser, mais l’épuisé ne peut plus possibiliser. « Qu’on me demande l’impossible, je veux bien, que pourrait-on me demander d’autre ? ». Il n’y a plus de possible : un spinozisme acharné. Epuise-t-il le possible parce qu’il est lui-même épuisé, ou est-il épuisé parce qu’il a épuisé le possible ? Il s’épuise en épuisant le possible, et inversement. Il épuise ce qui ne se réalise pas dans le possible. Il en finit avec le possible, au-delà de toute fatigue, « pour finir encore ». Dieu, c’est l’originaire, ou l’ensemble de toute possibilité. Le possible ne se réalise que dans le dérivé, dans le fatigue, tandis qu’on est épuisé avant de naître, avant de se réaliser ou de réaliser quoi que ce soit (« j’ai renoncé avant de naître »).

Publicité

Gilles Deleuze, L’Epuisé (Minuit, 1992)

Extraits

- Cours sur Leibniz de Deleuze du 15/04/80

- Lecture de Malone meurt (1951) par Jérôme Kircher

Lectures

- Gilles Deleuze, L’Epuisé (Minuit, 1992)

Références musicales

- John Cage, Six melodies

- Karol Beffa, Feux d’artifices

- Schubert, Nacht und Traume

- Renée Doria, Heure exquise

- Beckett, Oh les beaux jours

Jean-Clet Martin
Jean-Clet Martin
© Radio France - MC

.
.

L'équipe

Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth
Production
Antoine Ravon
Collaboration
Ariane Mintz
Collaboration
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Olivier Bétard
Réalisation
Marianne Chassort
Collaboration