Bruno Latour
Bruno Latour - copyright Manuel Braun
Bruno Latour - copyright Manuel Braun
Bruno Latour - copyright Manuel Braun
Publicité

Désigné comme le penseur français le plus influent à l’étranger, portrait du philosophe, sociologue et anthropologue Bruno Latour dont la démarche empirique s'attache à décrire et confronter la réalité. Comment la philosophie permet-elle de questionner les autres sciences sociales ?

Avec

Les Chemins de la philosophie du vendredi vous emmènent chaque semaine à la rencontre de ceux qui ont fait de la philosophie leur métier.   

La philosophie est-elle une vocation ? Comment viennent les  idées ? Comment se fabrique un concept ? À quoi ressemble l'atelier du  philosophe ? Et quel rôle le philosophe doit-il jouer dans la cité ?

Publicité

L'invité du jour 

Bruno Latour, philosophe, sociologue, professeur émérite associé au medialab de Sciences Po

Se présenter comme philosophe ? 

Ça dépend à qui. Je n'oserais pas me présenter comme philosophe à des philosophes professionnels, même si j'ai un diplôme en philosophie, mais il y a tellement longtemps... Pour moi, je suis un philosophe, mais c'est une vision personnelle. Autrement, je suis sociologue et anthropologue.

La philosophie, depuis que je l'ai découverte, je suis philosophe, au fond. Je ne fais que ça mais je le fais par des méthodes qui sont empruntées aux sciences sociales, sociologie, ethnographie et anthropologie. Donc j'ai une version, disons, non professionnelle de la philosophie.

Il distingue les sciences sociales qui servent à étudier les situations empiriques, les terrains, de la philosophie. Lui, il utilise les méthodes des sciences sociales pour répondre à des questions d'ordre philosophique, et cela devient de la philosophie empirique. "Ma contribution à la philosophie est importante", conclue-t-il sur ce sujet.

Dès le premier cours de philosophie, j'ai su que je voulais être philosophe. Enfin quelque chose de rationnel ! On peut enfin comprendre ! [...] Enfin quelque chose qui correspond à une recherche de la vérité. Je n'ai jamais hésité !

Son projet

Après avoir enseigné deux ans en lycée, Bruno Latour poursuit son projet d'étude qui est "la recherche de la juxtaposition et de la superposition des modes de vérité différents". La philosophie doit justement permettre d'éviter l'hégémonie d'un de ces modes de vérité, comme le religieux ou le politique, par exemple. C'est l'hégémonie le problème, insiste-t-il, pas la spécialisation, "la qualité du métier est indispensable". Sa pratique de la philosophie de terrain demande du temps, il explique passer plusieurs années sur chaque mode à comparer.

De ses choix de vie et de philosophie, il dit qu'il les "mouline" beaucoup pour en tirer des textes. Ses orientations dans la vie nourrissent sa pensée et sa recherche de vérité. Il se refuse de parler de "vie personnelle", dire "je" c'est une fiction : "Je ne suis pas assez naïf pour croire qu'il existe une psychologie individuelle. On n'a pas de vie personnelle."

Il y a un lien étroit entre la philosophie et l'écriture, évidemment.

La question environnementale

Il raconte avoir cherché à entrer dans le mode politique mais sans en faire, c'est ainsi qu'il s'est orienté vers la question écologique. Il a mis en place des ateliers d'auto-description de citoyens dans le Morvan. Il a toujours été à la recherche de dispositifs pédagogiques basés sur son travail de philosophe, sans être engagé.

En conclusion, il explicite le concept fondamental de Gaïa qui nous permet d'être dans la nature. En auto-décrivant nos conditions de subsistance, on voit apparaître des liens politiques.

Sons diffusés :

  • Coup de téléphone à Olivier Duhamel, président de la Fondation nationale des sciences politiques
  • Archive de Michel Serres, Masterclasse France Culture, 23/08/2017
  • Archive de Gilbert Simondon, dans Les sciences et les techniques, France Culture, 30/04/1971
  • Musique de Veljo Tormis, Quatre berceuses estoniennes
  • Extrait du film Prova d'orchestra, de Federico Fellini, 1979
  • Archive de Donald Trump, conférence de presse du G7, 26/08/2019
  • Chanson de Charles Trenet, Terre !

L'équipe

Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth
Production
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Isis Jourda
Collaboration
Manon de La Selle
Collaboration
Anaïs Ysebaert
Collaboration
Jules Barbier
Collaboration