Camille Froidevaux-Metterie
Camille Froidevaux-Metterie - © Catherine Hélie - éditions Gallimard
Camille Froidevaux-Metterie - © Catherine Hélie - éditions Gallimard
Camille Froidevaux-Metterie - © Catherine Hélie - éditions Gallimard
Publicité

Philosophe et féministe ? Ce titre, Camille Froidevaux-Metterie le revendique haut et fort. À 40 ans, elle est entrée en féminisme, mais pas seulement par les concepts, mais par le corps avant tout : maternité, menstruations, seins... Elle fait siennes les questions de l'incarnation féminine.

Avec
  • Camille Froidevaux-Metterie philosophe féministe, professeure de science politique et chargée de mission égalité-diversité à l’Université de Reims Champagne-Ardenne

Les Chemins de la philosophie du vendredi vous emmènent chaque semaine à la rencontre de ceux qui ont fait de la philosophie leur métier.   

La philosophie est-elle une vocation ? Comment viennent les  idées ? Comment se fabrique un concept ? À quoi ressemble l'atelier du  philosophe ? Et quel rôle le philosophe doit-il jouer dans la cité ?

Publicité

Une émission présentée par Géraldine Mosna-Savoye

L'invitée du jour :

Camille Froidevaux-Metterie, philosophe féministe, professeure de science politique et chargée de mission égalité-diversité à l’Université de Reims Champagne-Ardenne

Le féminisme, seconde naissance philosophique

J'ai eu une seconde naissance philosophique avec le féminisme que j'ai rencontré de façon très incarnée : au même moment, j'ai eu mon premier enfant et j’ai été recrutée pour la première fois à l'université. Je me suis posé la question de comprendre ce que ça voulait dire pour les femmes d'aujourd'hui que de vivre dans le monde en tenant ces fonctions privées et publiques et surtout en devant faire quasiment comme si la chose était d'une évidence éternelle, alors qu'elle est remarquablement inédite et surtout remarquablement difficile aussi.    
Camille Froidevaux-Metterie

Les femmes, exclues de la philosophie politique

Pendant une quinzaine d'années, j'ai travaillé dans une perspective de philosophie politique traditionnelle, étudiant les grands auteurs qui ont pensé et permis l'avènement de la modernité démocratique. Sans très bien en prendre conscience à l'époque, j'ai exploré des textes tous écrits par des hommes et qui donnaient à comprendre une réalité politique, elle aussi faite par des hommes et pour des hommes. Au moment où j'ai commencé de réfléchir dans une perspective féministe, la première chose qui m'est apparue comme une sorte d'impensé scandaleux, c'était non seulement évidemment l'exclusion des femmes de la modernité démocratique, mais leur exclusion même de la philosophie politique, et la façon dont les penseurs modernes se réapproprient sans aucun complexe l'ancien schème patriarcal.    
On doit aux théoriciennes féministes des années 70 d'avoir parachevé le projet démocratique des penseurs du 18ème siècle et des révolutionnaires, on doit à ces femmes d'avoir mis le doigt sur une forme d'incomplétude, pour ne pas dire de contradiction, dans la modernité démocratique, en commençant d'ébranler cette fameuse hiérarchisation sexuée du monde.    
Camille Froidevaux-Metterie

Sons diffusés :

  • Chanson d'Angèle avec Pierre Niney, Balance ton quoi
  • Archive de Marcel Gauchet dans l'émission À voix nue, France Culture, 08/04/1996
  • Extrait du film Aquarius, de Kleber Mendonça Filho, 2016
  • Extrait d'Adèle Haenel, Mediapart, 04/11/2019
  • Chanson de fin : The Cure, Boy's don't cry

L'équipe

Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth
Production
Nicolas Berger
Réalisation
Isis Jourda
Collaboration
Manon de La Selle
Collaboration
Laurence Malonda
Réalisation
Anaïs Ysebaert
Collaboration
Jules Barbier
Collaboration