Comment rencontrer autrui ? Par Mathilde Tollec alias Fogma
Comment rencontrer autrui ? Par Mathilde Tollec alias Fogma
Comment rencontrer autrui ? Par Mathilde Tollec alias Fogma - © Mathilde Tollec alias Fogma
Comment rencontrer autrui ? Par Mathilde Tollec alias Fogma - © Mathilde Tollec alias Fogma
Comment rencontrer autrui ? Par Mathilde Tollec alias Fogma - © Mathilde Tollec alias Fogma
Publicité
Résumé

Si "le visage d'Autrui" est une formule qui résume souvent la pensée de Levinas, pourquoi cette notion est-elle si importante pour lui ? Que signifie, que révèle ou qu'ordonne un visage ? Et que se passe-t-il quand, littéralement, nous "perdons la face" ?

avec :

François-David Sebbah (philosophe, professeur de philosophie à l’Université Paris Nanterre, membre associé des Archives Husserl et du laboratoire « Connaissance organisation et systèmes techniques » de l’Université de technologie de Compiègne).

En savoir plus

Une émission initialement diffusée le 05/02/2019

Dessin de Mathilde Tollec alias Fogma (@fogma sur instagram)

Publicité

L'invité du jour :

François-David Sebbah, philosophe, professeur de philosophie à l’Université Paris Nanterre, membre associé des Archives Husserl et du laboratoire « Connaissance organisation et systèmes techniques » de l’Université de technologie de Compiègne

L’éthique chez Levinas, véritable trauma

Depuis Levinas, l’éthique a pris un sens tout à fait singulier, il est d’ailleurs très important de dégager cette originalité parce que sinon on résumerait très facilement Levinas à une redite d’une version possible de la morale qui est qu’il faut aimer son prochain comme soi-même…        
Levinas, c’est une idée très originale de l’éthique mais qui évidemment se présente non pas comme une originalité mais la présentation du cœur de l’expérience la plus radicale, qui fait éclater l’ordre de l’essentiel, l’ordre du fondamental. L’éthique n’est pas un commandement, pas un ensemble de règles qu’on pourrait appliquer, ce n’est pas non plus l’idée d’un bien vivre, l’éthique c’est faire l’épreuve d’un bouleversement radical qui vient avec autrui et qui du même mouvement défait tous les repères, toutes les significations instituées, défait même le spectacle d’apparition des choses et du même mouvement, ça me met radicalement en question, ça met en question cet effort immédiat d’être qui je suis dans lequel je persévère… L’éthique c’est traumatisant.        
François-David Sebbah

La rencontre avec autrui, un non repos absolu

Toute ma vie j’ai insisté sur ce trauma de l’éthique parce que Levinas a rencontré un succès peut-être sur certains malentendus et l’un de ceux-ci est de présenter sa pensée comme une pensée presque un peu sucrée de l’accueil… Mais ce n’est pas ça, c’est plutôt le trauma désagréable, l’humiliation de mon effort d’être, sa mise en question qui peut parfois prendre des tonalités très sombres et d’une violence extrême pour le sujet, puisqu’il est question d’être otage de l’autre, il y a tout ça chez Levinas aussi qu’il ne faut pas occulter.        
François-David Sebbah

Rencontrer un visage, incarnation de l’altérité

Le visage est perçu… Pourquoi Levinas est-il un phénoménologue ? Parce qu’il décrit l’expérience et décrit déjà ce secteur premier de l’expérience, nous sommes au monde et percevons des choses. Un visage s’avance dans ma perception, il ne s’agit pas d’une idée, un symbole, il est dans une concrétude de chair perçue, et pourtant, à la fois ce n’est pas un phénomène comme les autres parce que précisément il fait exploser sa propre forme et toutes ses qualités objectives, c’est pourquoi on est déjà au-delà de la perception parce que le visage ne se réduit jamais à la chose ou à la chose perçue.        
François-David Sebbah

Textes lus par Vincent Schmitt :

  • Deux extraits d'Ethique et Infini d'Emmanuel Levinas, éditions du Livre de Poche

Sons diffusés :

  • Extrait du film RRRrrrr!!! d'Alain Chabat, 2004
  • Archive d'Emmanuel Levinas, entretiens avec Philippe Nemo pour France Culture, 1982
  • Extrait du film The Dark Knight : Le Chevalier noir de Christopher Nolan, 2008
  • Archive journal de France Inter, novembre 2005, après la première greffe partielle de visage par le chirurgien Bernard Duvauchelle à l'hôpital d'Amiens
  • Lecture d'Adèle Van Reeth, phénoménologie de l'éros dans Totalité et Infini d'Emmanuel Levinas
  • Chanson de El'Blaszczyk Rock Band Himself, Quand tu m'caresses
  • Chanson de fin : Visage, Fade to grey

Chronique d'Aurélien Bellanger en fin d'émission :

À réécouter : #MeToo, une nouvelle guerre de civilisation ?

Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Thomas Beau
Réalisation
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Isis Jourda
Collaboration
Matthieu Tarpin
Collaboration
Colomba Grossi
Collaboration
Anaïs Ysebaert
Collaboration