David Bessis
David Bessis - © Astrid di Crollalanza
David Bessis - © Astrid di Crollalanza
David Bessis - © Astrid di Crollalanza
Publicité

Pour David Bessis, la compréhension mathématique provoque des sensations physiques puissantes : trouver soudain intuitif de penser en dimension supérieure à 3 serait aussi fort que de découvrir la mer ou manger du chocolat pour la première fois. Mais comment transmettre cette langue particulière ?

Avec

Il existe une idée répandue autour des mathématiques : soit on est bon, soit on est nul. Mais c'est faux, car en maths, tout est affaire d'IMAGINATION !

L'invité du jour :

David Bessis, mathématicien, il a mené pendant 10 ans une carrière de chercheur en maths pures, à Yale puis au CNRS. Il a créé et dirige aujourd’hui une société spécialisée en intelligence artificielle.

Publicité

L'imagination, clé des mathématiques

"Les raisonnements mathématiques commencent souvent par la phrase "soit...", ce qui laisse voir de manière assez directe que c'est une affaire d'imagination. Et on ne peut pas progresser en mathématiques sans jouer avec son imagination. Le travail quotidien d'un chercheur en mathématiques, c'est d'essayer d'imaginer des choses qu'il n'arrive pas à imaginer, qui sont trop dures pour lui à comprendre. Mais en jouant avec, en essayant graduellement de regarder à quel endroit il les comprend, à quel endroit il ne les comprend pas, cette activité d''imagination a le pouvoir, et c'est une propriété du corps humain, de modifier graduellement l'intuition et de la développer pour nous rendre capable d'imaginer et de comprendre de manière très sensible, directe, charnelle, ce qui a initialement été une abstraction impossible à pénétrer."
David Bessis

La sacralisation des maths remonte à l'Antiquité

"Dès les premiers textes mathématiques, il y avait quelque chose de magique, de mystique, de sulfureux autour de l'enjeu mathématique. Descartes dit des mathématiciens de l'Antiquité qu'ils voulaient garder leurs secrets, qu'ils n'ont transmis que les mathématiques scolaires, stupides, mais que pour eux, il y avait une pratique secrète. Mon explication, c'est que c'est le caractère invisible de l'activité imaginaire qui a créé ce malentendu. Personnellement, je n'ai jamais réussi à expliquer ce qu'étaient les mathématiques tant que ma représentation et ma compréhension du fonctionnement du cerveau n'avaient pas mûri et ne s'était pas modernisée. Aujourd'hui, je comprends ce qu'est la plasticité mentale. Je comprends par ma compréhension de l'intelligence artificielle comment marche un processus d'apprentissage, et c'est seulement éclairé par ce savoir qui est assez récent, qui a une dizaine d'années à peu près, que je suis devenu capable d'expliquer ma pratique de mathématiciens en des termes qui ne ressemblaient pas à de la magie noire." David Bessis

Sons diffusés :

  • Extrait de Mary, film de Marc Webb, 2017
  • Archive de William Thurston (1946-2012), mathématicien américain, archive du 5 mars 1992
  • Extrait de la série Parker Lewis ne perd jamais, saison 1 épisode 2, réalisée par Andy Tennant, 1990
  • Archive de Alexandre Grothendieck, mathématicien, archive du 27 janvier 1972
  • Chanson de fin : Donovan, Colours

L'équipe

Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth
Production
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Manon de La Selle
Collaboration
Laurence Malonda
Réalisation
Anaïs Ysebaert
Collaboration
Jules Barbier
Collaboration