Poussé par la curiosité et un certain goût pour le mystère, Jeffrey va mener l'enquête avec elle pour découvrir à qui appartient cette oreille et ce que cache cette histoire macabre. Allocine
Poussé par la curiosité et un certain goût pour le mystère, Jeffrey va mener l'enquête avec elle pour découvrir à qui appartient cette oreille et ce que cache cette histoire macabre. Allocine
Poussé par la curiosité et un certain goût pour le mystère, Jeffrey va mener l'enquête avec elle pour découvrir à qui appartient cette oreille et ce que cache cette histoire macabre. Allocine
Poussé par la curiosité et un certain goût pour le mystère, Jeffrey va mener l'enquête avec elle pour découvrir à qui appartient cette oreille et ce que cache cette histoire macabre. Allocine
Poussé par la curiosité et un certain goût pour le mystère, Jeffrey va mener l'enquête avec elle pour découvrir à qui appartient cette oreille et ce que cache cette histoire macabre. Allocine
Publicité
Résumé

Le philosophe Mathieu Potte-Bonneville vient réfléchir au problème de l’union entre l’âme et le corps, à partir de l’univers fictionnel, donc bien réel, d’un cinéaste qui fait du point de vacillement entre la réalité et le rêve la meilleure façon de penser le réel.

avec :

Mathieu Potte-Bonneville (Philosophe, spécialiste de Michel Foucault).

En savoir plus

Dans une fausse pub pour un smartphone, David Lynch affirme que regarder une vidéo sur un téléphone ne pourra jamais permettre au spectateur de recréer l'expérience d'un film. Or, qu'est-ce qui distingue l'expérience d'un spectateur face à un écran, de l'expérience qu'il fait du réel en dehors de la salle sombre ? Dans les deux cas, c'est le même sujet, dont le corps et l'esprit sont tous les deux affectés par ce qu'il voit et ressent.
Mais dans le cas du film, le sujet regarde un monde qui existe sans lui, alors qu'il s'insère par l'action dans le monde dans lequel il vit et dont il est partie prenante. Et c'est précisément cette évidence que les films de Lynch semblent remettre en question. En donnant à voir des objets qui font sens autant que les personnages, en explorant le degré de réalité où rêve et conscience se rejoignent, le film n'est pas un dehors que l'on contemple, mais un point de vue nouveau et bien réel sur les fantasmes et cauchemars dont nous sommes à la fois auteurs et victimes. 

En savoir plus : David Lynch, retour à Twin Peaks : "Ce n'est ni un film, ni une série, c'est un tout, une manière d'être"

Demain, David Roche viendra questionner ce qu’il reste de l’identité quand la subjectivité se brise en éclats de matière, à partir notamment de Lost Highway et de Mullolhand Drive mercredi, le philosophe Eric Dufour s’interrogera sur l’expérience d’une temporalité non linéaire propre au rêve et au cauchemar dans les films de Lynch, et jeudi, c’est Pacôme Thiellement qui aidera à penser les vices et vertus de la culture américaine et de la fin de la télévision à partir de la série et du film Twin Peaks

Publicité

Par Adèle Van Reeth

Réalisation : Mydia Portis-Guérin

Lectures : Georges Claisse

Références :

  • Angelo Badalamenti, Cool cat walk , BOF Sailor et Lula  de David Lynch
  • Extrait de Blue velvet de David Lynch (1986)
  • Extrait d'Elephant man de David Lynch (1980)
  • Extrait de Sailor et Lula de David Lynch (1990)
  • Chris Isaak, Baby did a bad bad thing
  • Angelo Badalamenti, Haunting heartbreaking  BOF Lost Highway
  • Extrait de Rabbits  de David Lynch (2002)
  • Ray Orbison, *Dreams * , BOF Blue velvet

*- * Nicolas Cage *, Love me tender, * BOF* Sailor et Lula*

Lecture :

Extrait de *Conférences * de Borges (Gallimard, 1985)

Sailor et Lula
Sailor et Lula
© Radio France
Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Assia Khalid
Réalisation
Jules Salomone
Collaboration
Marianne Chassort
Collaboration