"Tenet" de Christopher Nolan, 2020
"Tenet" de Christopher Nolan, 2020
"Tenet" de Christopher Nolan, 2020 - 2020 Warner Bros. Entertainment, Inc. All Rights Reserved. / Melinda Sue Gordon
"Tenet" de Christopher Nolan, 2020 - 2020 Warner Bros. Entertainment, Inc. All Rights Reserved. / Melinda Sue Gordon
"Tenet" de Christopher Nolan, 2020 - 2020 Warner Bros. Entertainment, Inc. All Rights Reserved. / Melinda Sue Gordon
Publicité
Résumé

Manipulateur génial, à travers "Le prestige", "Memento", "Inception" ou "Tenet", Christopher Nolan perd le spectateur, insuffle le doute, filme le labyrinthe de la pensée : serait-il le cinéaste du temps par excellence ?

avec :

Philippe Rouyer (critique et historien de cinéma à la revue Positif).

En savoir plus

"Nous sommes tous pris dans le plus grand des mystères : le fait de vivre dans le temps". Cette phrase n’est pas de Bergson, ni de son élève Jankélévitch - les philosophes du temps et de la durée - mais du cinéaste Christopher Nolan, né en 1970, qui propose dans chacun de ses films une réflexion de haute volée sur notre rapport au temps.

Dans les années 80, Deleuze l’avait montré : le cinéma est par essence temporel, il est l’art qui ressaisit le mieux l’expérience du temps. Un film, c’est un morceau de durée, et Nolan ne dit pas autre chose. Un bloc de temps que l’on peut sculpter comme une matière première et dans lequel nous pouvons allègrement voyager en avant et en arrière...

Publicité

L'invité du jour :

Philippe Rouyer, critique et historien de cinéma à la revue Positif

Retrouver les sensations du cinéma

"Le temps est au cœur de tous les films de Nolan, et plus ça va, plus le temps devient le sujet de ses films : il a toujours utilisé le temps parce que Nolan veut retrouver le cinéma comme sensation… Il a aimé le cinéma à 7 ans, il a aimé "2001, l'Odyssée de l’espace", "Star Wars", "James Bond, L’Espion qui m’aimait". Toutes les sensations qu’il a ressenties, il veut les retrouver. Quand il débute avec son premier film en 1998, "Following", il n’a pas beaucoup d’argent, il fait un polar en noir et blanc, et il a l’idée de complètement bousculer la chronologie, l’utilisant pour piéger le spectateur comme il piège son personnage…" Philippe Rouyer

Le temps, sujet de ses films

Lorsque l'on va au cinéma, on se souvient de la séquence que l'on vient de voir. Mais pour nous faire vivre ce que vit le personnage, la seule solution qu'a trouvé Nolan, est d'inverser le récit. C'est à dire, que le récit va à l'envers, et donc la scène suivante - celle qu'on vient d'écouter - se situe chronologiquement avant.

"Comme Haneke, Nolan est un cinéaste qui nous met là où on ne voudrait pas aller : leurs films nous font vivre des expériences sur lesquelles nous pourrions être rétifs, mais nous sommes dans la salle, nous sommes embarqués, obligés de suivre leur raisonnement. Le temps, au départ, était un élément sur lequel il construisait son art du récit voire sa mise en scène, et il devient le sujet : l’inversion du temps est le sujet de "Tenet" comme le temps replié était le sujet d’"Interstellar". Au point que quand il fait son film de guerre qu’est "Dunkerque", il installe trois timelines au cœur d’une linéarité…" Philippe Rouyer

Sons diffusés :

  • Musique de la bande-originale du film Tenet, Christopher Nolan, par Travis Scott
  • Archive de Christopher Nolan dans l'émission On aura tout vu, France Inter, 08/11/2014
  • Bande-annonce du film Tenet, de Christopher Nolan, 2020
  • Extraits du film Memento, de Christopher Nolan, 2000
  • Extrait de la musique de la bande-originale du film Memento, Motel room / arriving at the derelict, et All is full of love, de David Julyan
  • Extrait de L'évolution créatrice, de Henri Bergson, 1907, éditions puf, lu par Vincent Schmitt (avec une musique de la bande-originale du film Memento, Treefingers, de David Julyan)
  • Archive de Christopher Nolan interrogé par Philippe Rouyer dans une masterclasse au festival de Cannes 2018, diffusée sur France Inter le 13/05/2018
  • Archive de Deleuze, cours du 20/05/1982, séance 11, université de Vincennes
  • Chanson de David Bowie, Something in the air (extraite de la bande-originale du film Memento)
Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Clara Degiovanni
Collaboration
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Manon de La Selle
Collaboration
Laurence Malonda
Réalisation
Anaïs Ysebaert
Collaboration