Descartes était-il le maître à penser d’une biotechnologie totalitaire ?
Descartes était-il le maître à penser d’une biotechnologie totalitaire ?
Descartes était-il le maître à penser d’une biotechnologie totalitaire ? ©Getty - Ace_Create
Descartes était-il le maître à penser d’une biotechnologie totalitaire ? ©Getty - Ace_Create
Descartes était-il le maître à penser d’une biotechnologie totalitaire ? ©Getty - Ace_Create
Publicité
Résumé

Pourquoi Descartes, dans son "Discours de la méthode", en 1637, nous invite-t-il à nous rendre comme maître et possesseur de la nature ? Aujourd’hui, ces mots sonnent comme un projet anti-écologique, mais ils furent aussi considérés comme le manifeste de la démesure moderne. Qu'en est-il vraiment ?

avec :

Marie-Frédérique Pellegrin (maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches à la faculté de philosophie de l’Université de Lyon).

En savoir plus

Pendant ses années d'études, le jeune René Descartes rêve d'une science qui proposerait à l'homme des fins à suivre. Et c'est en rêve, justement, des années plus tard, lors d'une nuit d'enthousiasme, qu'il découvre "les fondements d'une science admirable".
Quelques temps plus tard, en 1637, il publie le Discours de la méthode, dans lequel il expose le chemin à suivre pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences.
Ce petit morceau de phrase, “Se rendre comme maître et possesseur de la nature”, se trouve à la fin du Discours, et énonce le programme à suivre tant recherché par Descartes, et si mal compris par nous autres lecteurs du XX et XXIème siècles...

Une émission diffusée pour la première fois le 24/02/2021.

Publicité

L'invitée du jour

  • Marie-Frédérique Pellegrin, maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches à la faculté de philosophie de l’Université de Lyon

Extraits de l'émission

Ce morceau de phrase serait le manifeste, le symbole de la démesure moderne, lié à une révolution scientifique, à une nouvelle considération de ce qu’est la nature, et à sa mise au service de l’homme uniquement. Il y a là apparemment une démesure… mais quand on regarde l’environnement de la phrase, le contexte général, il y a autre chose à dire de cette phrase… Pour autant, il est très intéressant que ce morceau de phrase soit devenu un manifeste : Descartes formule quelque chose qu’il considère comme libérateur et qui pour nous, maintenant, a quelque chose d’un peu angoissant…  Marie-Frédérique Pellegrin

Démystifier la nature

La phrase de Descartes se situe dans une ambiance générale, c’est enfin le règne de l’homme, qui, par les arts mécaniques, pourra maîtriser l’environnement. L’ambiance de l’époque est heureuse, on ne subit plus, et là prend place cet extraordinaire petit morceau de phrase... on tombe dans la démesure : on va posséder la nature elle-même ? Ça a quelque chose de libérateur puis d’angoissant. Mais quand Descartes dit “Se rendre comme maîtres et possesseurs de la nature”, cela veut dire en réalité qu’on a démystifié la nature elle-même, la science moderne fait s’évanouir l’idée de nature… Marie-Frédérique Pellegrin

Textes lus par Bernard Gabay

  • Extrait du Discours de la méthode, de René Descartes, 6ème partie, éditions La Pléiade
  • Extrait de Lettre à Morus (le philosophe anglais Henry More), de René Descartes, 5 février 1649, éditions La Pléiade

Sons diffusés

  • Daft Punk, Harder Better Faster
  • Lecture de la Genèse, 1:24 à 1:28, La Bible, par Jean-Pierre Michaël, éditions Frémeaux (avec une musique de Edward Elgar, The Wand of Youth)
  • Extrait du film La maladie de Sachs, de Michel Delville, 1999
  • Champion Jack Dupree, I’m a doctor for women

Et la chronique d'Aurélien Bellanger en fin d'émission

À réécouter : Bourdieu n’est-il qu’un héritier de Hegel ?

Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Manon de La Selle
Collaboration
Laure Blanchi
Collaboration
Anaïs Ysebaert
Collaboration
Jules Barbier
Collaboration