Don Quichotte et Sancho panza, équitation à travers champs dans La Mancha Espagne
Don Quichotte et Sancho panza, équitation à travers champs dans La Mancha Espagne ©Getty - aluxum
Don Quichotte et Sancho panza, équitation à travers champs dans La Mancha Espagne ©Getty - aluxum
Don Quichotte et Sancho panza, équitation à travers champs dans La Mancha Espagne ©Getty - aluxum
Publicité

La question que l'on va se poser aujourd'hui, Don Quichotte est-il bête ou est-il fou ?

Avec
  • Jean Canavaggio Professeur émérite de littérature espagnole à l'Université Paris-Nanterre et ancien directeur de la Casa Velazquez à Madrid (1996-2001).

Avant de retomber sur nos pieds d'Hommes sensés, sain et surtout, intelligent, il nous reste à décapiter des tonneaux, à affronter des moulins à vent, à assommer des prêtres et à libérer des criminels. Bref, prendre des vessies pour des lanternes en compagnie du chevalier de la triste figure, Don Quichotte. 

Il est fou mais il n'est pas dément, c'est un monomaniaque, dès l'instant où l'on aborde la question du roman de chevalerie ou plus précisément, la question des chevaliers errants. Puisque c'est comme ça qu'il se considère, un chevalier errant qui est appelé à ressusciter la chevalerie errante. Mais hors de ce domaine précis, Don Quichotte disserte savamment et très pertinemment de mille questions, qu'il s'agisse du mariage, de l'éducation des enfants, du bon gouvernement, etc. C'est un homme cultivé, sensé à l'occasion, à condition de ne pas le mettre sur le terrain de la chevalerie errante.    
Jean Canavaggio

Publicité

Celui qui ne vit pas sa vie, mais qui la rêve, c'est Don Quichotte de la Mancha. A plusieurs reprises dans le roman, Don Quichotte met la croyance au-dessus de la perception. C'est d'ailleurs peut-être à cela qu'on peut résumer sa folie : il croit plus qu'il ne voit, pour lui la croyance a plus de valeur que la perception. 

Au XIXe siècle, la vision de Don Quichotte change un peu, on se rend compte que nous sommes tous un peu Don Quichotte. Sainte-Beuve disait "nous nous endormons tous les soirs Don Quichotte et nous nous réveillons tous les matins Sancho Panza." Il a une sorte de révolution Copernicienne où l'on s'attache davantage aux ambitions et aux aspirations de Don Quichotte qu'à ses échecs, c'est à ce moment-là qu'il devient l'incarnation de l'idéalisme.

25 min

L'équipe

Philippe Petit
Production
Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth
Production
François Caunac
Réalisation
Geneviève Méric
Collaboration
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Mydia Portis-Guérin
Réalisation
Anne-Catherine Lochard
Collaboration