Sheryl Sutton et Lucinda Childs dans "Einstein on the Beach" au Brooklyn Academy of Music Opera House à New York, 1984
Sheryl Sutton et Lucinda Childs dans "Einstein on the Beach" au Brooklyn Academy of Music Opera House à New York, 1984
Sheryl Sutton et Lucinda Childs dans "Einstein on the Beach" au Brooklyn Academy of Music Opera House à New York, 1984 ©Getty - Jack Vartoogian
Sheryl Sutton et Lucinda Childs dans "Einstein on the Beach" au Brooklyn Academy of Music Opera House à New York, 1984 ©Getty - Jack Vartoogian
Sheryl Sutton et Lucinda Childs dans "Einstein on the Beach" au Brooklyn Academy of Music Opera House à New York, 1984 ©Getty - Jack Vartoogian
Publicité
Résumé

En 1976, aux Etats-Unis, on découvre un opéra de 5h, sans entracte ni livret : "Einstein on the beach", né de la culture underground du New York des années 70, né d'une une collaboration entre Philip Glass et Bob Wilson. Apprendre à aimer l'étrangeté, tel est l'enjeu de cet opéra performance.

avec :

Jacqueline Caux.

En savoir plus

Avec Einstein on the beach, nous sommes entrés dans une autre histoire de la musique, une autre histoire temporelle. Une écriture nouvelle qui nous rappelle à quelque chose de très archaïque, dans ce rythme incessant et répétitif.
Mais pourquoi Einstein ? Est-ce parce que dans les années 70, c'est autour de ce personnage que s'articulent les notions de temps et d'espace ?
Plongeon dans ce magistral opéra.

L'invitée du jour :

Jacqueline Caux, réalisatrice du documentaire Les Couleurs du prisme : La mécanique du temps qui passe, de John Cage à la techno, écrit par Daniel Caux, 2009

Publicité

Sons diffusés :

  • Adèle Van Reeth lit un extrait du Gai Savoir de Nietzsche
  • Extrait d'Einstein on the beach, Knee play 1, choeur et claviers
  • Archive de Philip Glass, dans Jour de Fred, France Inter, 6 janvier 2014
  • Extrait d'Einstein on the beach, acte IV scène 2, Bed, Aria, Patricia Schuman (Solo), Michael Riesman (clavier)
  • Extrait d'Einstein on the beach, acte IV scène 3, Spaceship, Michael Riesman (clavier), Richard Peck (saxophone), Kristin Norderval (solo), Jon Gibson (flûte),  Andrew Sterman (clarinette), Gregory Fulkerson (violon), et le choeur
  • Archive de Philip Glass, dans L’envers d’Einstein on the Beach, Nuits magnétiques, France Culture, 23 mars 1979
  • Archive de Philip Glass, Atelier de Création Radiophonique, France Culture, 10 octobre 1976
  • Archive de Michel Guy, ministre de la Culture, dans Photo-portrait, France Culture,  7 novembre 1987
  • Archive de Philip Glass, La grande Table, France Culture, 8 janvier 2014
  • Extrait d'Einstein on the beach, Knee play 5, Gregory Fulkerson (violon), Michael Riesman (clavier), chœur de femmes, texte Two lovers dit par Jasper Mcgruder
  • Archive de Philip Glass sur le système additif dans One + One, Atelier de Création radiophonique, France Culture, 9 avril 1974
  • Chanson de fin : Nina Simone, Mr Bojangles
  • Tous les extraits d'Einstein on the beach proviennent de l'enregistrement de l’interprétation du Philip Glass Ensemble, datant de 1993, produit par Kurt Munkacsi et Michael Riesman, Elektra Entertainment
Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Manon de La Selle
Collaboration
Laurence Malonda
Réalisation
Anaïs Ysebaert
Collaboration
Jules Barbier
Collaboration