Bêtises de l'âge bête ©Getty - DreamPictures
Bêtises de l'âge bête ©Getty - DreamPictures
Bêtises de l'âge bête ©Getty - DreamPictures
Publicité
Résumé

C'est sans doute pour se rassurer que l'Homme a inventé une arme infaillible pour se prévenir à jamais contre la bêtise en lui décernant un âge privilégié sombrement intitulé : l'âge bête. Moment de la vie qui s'étire entre l'enfance et l'âge adulte par lequel nous sommes tous passés.

avec :

Paul Denis (Psychanalyste et membre titulaire de la Société psychanalytique de Paris.).

En savoir plus

La bêtise c'est toujours celle des autres, celle de l'air du temps, celle des ignares, des bourgeois, des malpolis ou des intellectuels, chacun à sa cible privilégiée du moment qu'elle est hors de soi. 

La bêtise, par exemple le snobisme, n'est pas tellement un état de fait qu'un jugement que l'on émet à l'égard d'un être qui nous paraît manquer de bon sens. Si la bêtise était un état de fait, l'Homme ne serait plus libre, or pour être Homme, il n'en serait pas moins bête. 

Publicité
2 min

C'est très frappant de voir qu'un enfant de 10-11 ans a des capacités intellectuelles tout à fait considérables, il ne leur manque que deux choses : la stature, la force physique, mais surtout, la maturité sexuelle. Et cette dernière fait irruption dans un monde jusque-là tranquille, qui les dérange terriblement, ils ne savent pas quoi faire de cette sexualité, ils essayent de la maîtriser de différentes façons. Et quand l'excès de stimulations les inquiète trop, ils tournent en dérision la sexualité et ils se tournent eux-mêmes en dérision. La bêtise est donc un mécanisme de défense, souvent chez des enfants très intelligents. Et que l'on retrouve chez un certain nombre d'adultes.          
Paul Denis

S'agit-il bien d'un âge bête ? Ne s'agit-il pas plutôt du potentialité de l'esprit ? D'un recours observable à différentes époques de la vie, même si c'est à l'adolescence que sa nécessité se manifeste le plus. Le fonctionnement mental bête semble avoir une valeur universelle. 

Paul Denis
Paul Denis
© Radio France - S.Marchand

L'humour a une espèce de valeur protectrice, il prend de la hauteur et se moque de lui-même. Alors que dans la bêtise, l'enfant se met en-dessous, c'est-à-dire qu'au lieu de se dire qu'après tout, cela n'est pas si grave, on peut en plaisanter, on peut en rire. Eh bien là non, on se met en-dessous, au ras des pâquerettes, pour échapper au risque de jugement, d'être imparfait, de ne pas être à la hauteur. 

En savoir plus : De la bêtise
52 min

Extraits : 

  • Valse du chevalier à la rose  de Richard Strauss
  • All the young dudes  de David Bowie
  • *Reality * de Richard Sanderson (bande originale de La Boum )
  • Anthony Kavanagh, "L'adolescent "
  • Clouds Up, de Air (bande originale de Virgin Suicides  de Sofia Coppola)
  • Little Miss Sunshine* , réalisé par Jonathan Dayton avec Steve Carell, Toni Collette, Greg Kinnear et Abigail Breslin (2005)
  • Elie Sémoun et Franck Dubosc, "Julien et Kevina "
  • Les beaux gosses,*  réalisé par Riad Sattouf avec Vincent Lacoste, Anthony Sonigo. (2009)

Lectures : 

  • Molière, *L'école des femmes * (acte I, scène 1).
  • Romain Gary, *La vie devant soi * (chapitre 1)

Réalisation : Mydia Portis-Guérin

Lecture des textes : Georges Claisse

Références

L'équipe

Philippe Petit
Production
Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth
Production
François Caunac
Réalisation
Geneviève Méric
Collaboration
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye