Tête d'Épicure. Copie romaine de l'époque impériale (IIe siècle apr. J.-C.) d'après un original grec de la première moitié du IIIe siècle apr. J.-C.
Tête d'Épicure. Copie romaine de l'époque impériale (IIe siècle apr. J.-C.) d'après un original grec de la première moitié du IIIe siècle apr. J.-C.
Tête d'Épicure. Copie romaine de l'époque impériale (IIe siècle apr. J.-C.) d'après un original grec de la première moitié du IIIe siècle apr. J.-C. - Marie-Lan Nguyen
Tête d'Épicure. Copie romaine de l'époque impériale (IIe siècle apr. J.-C.) d'après un original grec de la première moitié du IIIe siècle apr. J.-C. - Marie-Lan Nguyen
Tête d'Épicure. Copie romaine de l'époque impériale (IIe siècle apr. J.-C.) d'après un original grec de la première moitié du IIIe siècle apr. J.-C. - Marie-Lan Nguyen
Publicité
Résumé

Si la philosophie est avant tout affaire de plaisir, la satisfaction des désirs n'est pourtant pas une mince affaire. Contre la débauche et les excès, suivez Pierre-Marie Morel sur les chemins de la philosophie épicurienne.

avec :

Pierre-Marie Morel (professeur d'Histoire de la philosophie ancienne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

En savoir plus

Epicure, dans sa lettre à Ménécée, propose une éthique qui prend la forme d'une diététique tant physique que psychologique, dans laquelle le philosophe ne doit pas cesser de jouir, mais jouir sobrement et rationnellement.

TEXTES

Epicure, Lettre à Ménécée, extrait de Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, Livre X. Traduction Pierre-Marie Morel, Editions GF, 2009.

Publicité

« Epicure à Ménécée, salut.

Qu’on ne remette pas la philosophie à plus tard parce qu’on est jeune, et qu’on ne se lasse pas de philosopher parce qu’on se trouve être vieux. Il n’est en effet, pour personne, ni trop tôt ni trop tard lorsqu’il s’agit d’assurer la santé de l’âme. Or, celui qui dit que le moment de philosopher n’est pas encore venu, ou que ce moment est passé, est semblable à celui qui dit, s’agissant du bonheur, que le moment n’est pas encore venu, ou qu’il est passé. Par conséquent, doivent philosopher aussi bien le jeune que le vieillard, celui-ci afin qu’en vieillissant, il reste jeune sous l’effet des biens, par la gratitude qu’il éprouve à l’égard des évènements passés, et celui-là afin que, tout jeune qu’il soit, il soit aussi un ancien par son absence de crainte devant ce qui va arriver. Il faut donc consacrer ses soins à ce qui produit le bonheur, tant il est vrai que, lorsqu’il est présent, nous avons tout, et que, lorsqu’il est absent, nous faisons tout pour l’avoir.

Les recommandations que je t’adresse continuellement, mets-les en pratique et fais en l’objet de tes soins, reconnaissant en elles distinctement les éléments du bien vivre. »

Films

Calmos, réalisé par Bertrand Blier (1976)

Musiques

Georges Moustaki, Dire qu'il faudra mourir un jour

Yvan Robilliard, Offrande

Ludwig Van Beethoven, Quatuor à cordes n°9 en Ut maj op 59 n°3 Menuet

Haendel, Suite n°7

Haydn, Sonate n°11

Jim Reeves, The gods were angry with me

Pierre-Marie Morel
Pierre-Marie Morel
- Marie Aubert
Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Antoine Ravon
Collaboration
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Livia Garrigue
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Marianne Chassort
Collaboration