Géraldine Mosna-Savoye et Ligeia Saint-Jean
Géraldine Mosna-Savoye et Ligeia Saint-Jean - MC
Géraldine Mosna-Savoye et Ligeia Saint-Jean - MC
Géraldine Mosna-Savoye et Ligeia Saint-Jean - MC
Publicité

L'artiste, un artisan comme les autres ? C'est du moins ce qu'en dit Alain dans le Système des Beaux-Arts, avec une pointe de provocation. Comment réagir à ce genre de texte le jour du baccalauréat ? Aujourd'hui Ligeia Saint-Jean nous en donne une explication.

Avec
  • Ligeia Saint-Jean professeur au lycée Paul Bert à Paris

Alain, Système des Beaux-Arts, livre I, chapitres VI et VII

" Aucune conception n'est œuvre. Et c'est l'occasion d'avertir tout artiste qu'il perd son temps à chercher parmi les simples possibles quel serait le plus beau ; car aucun possible n'est beau, le réel seul est beau. Faites donc et jugez ensuite. Telle est la première condition en tout art, comme la parenté des mots artiste et artisan le fait bien entendre ; mais une réflexion suivie sur la nature de l'imagination conduit bien plus sûrement à cette importante idée, d'après laquelle toute méditation sans objet réel est nécessairement stérile. Pense ton œuvre, oui certes ; mais on ne pense que ce qui est : fais ton œuvre. Puisqu'il est évident que l'inspiration ne forme rien sans matière, il faut donc à l'artiste, à l'origine des arts et toujours, quelque premier objet ou quelque première contrainte de fait sur quoi il exerce d'abord sa perception, comme l'emplacement et les pierres pour l'architecte, un bloc de marbre pour le sculpteur, un cri pour le musicien, une thèse pour l'orateur, une idée pour l'écrivain, pour tous des coutumes acceptées d'abord. Par quoi se trouve défini l'artiste, tout à fait autrement que d'après la fantaisie. Car tout artiste est percevant et actif, artisan toujours en cela. Plutôt attentif à l'objet qu'à ses propres passions ; on dirait presque passionné contre les passions, j'entends impatient surtout à l'endroit de la rêverie oisive : ce trait est commun aux artistes et les fait passer pour difficiles. Au reste, tant d'œuvres essayées naïvement d'après l'idée ou l'image que l'on croit s'en faire, et manquées à cause de cela, expliquent que l'on juge trop souvent de l'artiste puissant, qui ne parle guère, d'après l'artiste ambitieux et égaré, qui parle au contraire beaucoup. Mais si l'on revient aux principes, on se détournera de penser que quelque objet beau soit jamais créé hors de l'action. Ainsi la méditation de l'artiste serait plutôt observation que rêverie, et encore mieux observation de ce qu'il a fait comme source et règle de ce qu'il va faire. Bref, la loi suprême de l'invention humaine est que l'on n'invente qu'en travaillant. Artisan d'abord."

Publicité

Pour afficher ce contenu Scribd, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 

EXTRAITS :

- Archives : Louis-Ferdinand Céline, entretien avec André Parinaud, 1958

- Tous les matins du monde, film d’Alain Corneau, 1991

- Bright star, film de Jane Campion, 2009

REFERENCES MUSICALES :

- Billie Holiday, Practice makes perfect

- The Carpenters, Piano picker

Les élèves de Ligeia Saint-Jean
Les élèves de Ligeia Saint-Jean
- MC

Et la lecture des Nouveaux chemins par Fabian Wolfrom: Alain, Système des Beaux-Arts, livre I, chapitres VI et VII

La lecture des Nouveaux chemins de la connaissance : Mardi 24 mai 2016

2 min

L'équipe

Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Antoine Ravon
Collaboration
Nicolas Berger
Réalisation
Marianne Chassort
Collaboration
Mydia Portis-Guérin
Réalisation
Colomba Grossi
Collaboration