La prison de Crest Hill en Illinois au Etats-Unis construite selon le fameux modèle du panoptique conçu et théorisé par le philosophe Jeremy Bentham
La prison de Crest Hill en Illinois au Etats-Unis construite selon le fameux modèle du panoptique conçu et théorisé par le philosophe Jeremy Bentham
La prison de Crest Hill en Illinois au Etats-Unis construite selon le fameux modèle du panoptique conçu et théorisé par le philosophe Jeremy Bentham ©Getty -  Underwood Archives
La prison de Crest Hill en Illinois au Etats-Unis construite selon le fameux modèle du panoptique conçu et théorisé par le philosophe Jeremy Bentham ©Getty - Underwood Archives
La prison de Crest Hill en Illinois au Etats-Unis construite selon le fameux modèle du panoptique conçu et théorisé par le philosophe Jeremy Bentham ©Getty - Underwood Archives
Publicité
Résumé

"Voir sans être vu", serait-ce le rêve du pouvoir ?

avec :

Guillaume le Blanc (pilosophe, professeur de philosophie sociale et politique à l'université de Paris).

En savoir plus

La surveillance pourra-t-elle un jour se passer de surveillants ? C'était déjà la question que se posait Foucault à l'époque de Surveiller et Punir en 1975. La fin annoncée des institutions de surveillance par Foucault est-elle toujours d'actualité ?  Du panoptique de Bentham à la série Black Mirror, où en est l’œil du pouvoir dans nos vies ?

À lire : La société de surveillance de Foucault

Le texte du jour

Une maison de pénitence sur le plan que l’on vous propose serait un bâtiment circulaire, ou plutôt, ce seraient deux bâtiments emboîtés l’un dans l’autre. Les appartements des prisonniers formeraient le bâtiment de six étages : on peut se le représenter comme des cellules ouvertes du côté intérieur, parce qu’un grillage de fer peu massif les expose en entier à la vue. (…) Une tour occupe le centre : c’est l’habitation des inspecteurs ; mais la tour n’est divisée qu’en trois étages, parce qu’ils sont disposés de manière que chacun domine en plein deux étages de cellules. La tour d’inspection est aussi environnée d’une galerie couverte d’une jalousie transparente, qui permet aux regards de l’inspecteur de plonger dans les cellules, et qui l’empêche d’être vu, en sorte que d’un coup d’œil, il voit le tiers de ses prisonniers, et qu’en se mouvant dans un petit espace, il peut les voir tous dans une minute. Mais fût-il absent, l’opinion de sa présence est aussi efficace que sa présence même. (…) L’ensemble de cet édifice est comme une ruche dont chaque cellule est visible d’un point central. L’inspecteur invisible lui-même règne comme un esprit ; mais cet esprit peut au besoin donner immédiatement la preuve d’une présence réelle. Cette maison de pénitence serait appelée panoptique, pour exprimer d’un seul mot son avantage essentiel, la faculté de voir d’un coup d’œil tout ce qui s’y passe.

Publicité

Jeremy Bentham, Le Panoptique, 1780 (Belfond) p.7-8

Extraits

Michel Foucault par lui-même, film documentaire réalisé par Philippe Calderon (2003)

La communauté de l’Anneau, film de Peter Jackson (2001)

- Série Black Mirror  « Archangel », Saison 4, épisode 2, réalisé par Jodie Foster

Archive: Michel Foucault “les lundis de l’histoire” 23/05/1977

Archive: Michel Foucault « Radioscopie » Jacques Chancel, 10 mars 1975

Lecture

Michel Foucault, « Voir, Savoir », Naissance de la clinique, 1963 (PUF) p.115

Références musicales

Solyst, Glass danger

Deison &Mingle, Optokinetic reflex

Rockwell, Somebody’s watching me

Evénement

Séminaire « Surveiller et punir : relectures, usages, actualisations », programme 2018 (dir. Judith Revel, univ. Paris Nanterre/Sophiapol et Guillaume le Blanc, univ. Paris Est Créteil/LIS)

Toutes les séances auront lieu à l’université Paris Nanterre, de 17h à 19h, bâtiment Max Weber, salle 2,

sauf les séances exceptionnelles du 4 et du 11 avril 2018

Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Claire Perryman-Holt
Collaboration
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Olivier Bétard
Réalisation
Marianne Chassort
Collaboration
David Pargamin
Collaboration