Héraclite - Hendrick ter brugghen
Héraclite - Hendrick ter brugghen
Héraclite - Hendrick ter brugghen
Publicité
Résumé

Découvrez aujourd'hui, grâce à Heinz Wismann qu'Héraclite n'est pas aussi obscur que la tradition ne le dit.

avec :

Heinz Wismann (philologue et philosophe).

En savoir plus

Et si nous n'avions rien compris à Héraclite ? Et si, loin d'être le penseur du devenir, Héraclite était le premier à décrire la condition tragique de l'existence, d'un être toujours séparé de lui-même ? Le langage ne nous dit rien du monde, il ne renseigne que sur le locuteur.

Le texte du jour

« Or, du discours qui est celui-là, les hommes vivent toujours loin par l’intelligence, avant d’écouter, comme après qu’ils l’ont écouté une première fois. Car toute chose vit suivant le discours qui est celui-là si bien qu’on les voit, dans l’apparence, ignorer ce qu’ils pratiquent, dits et actes, tels ceux que moi-même je développe jusqu’au bout, divisant chacun selon la nature qu’il a, et montrant comment il est fait. Les autres hommes ignorent tout ce qu’ils font dans l’éveil et tout ce qu’ils oublient dans le sommeil. »

Publicité

Aphorisme n°1 d’Héraclite, trad. Jean Bollack et Heinz Wismann, dans Héraclite ou la séparation, Minuit, 1972, p.59

Lectures

- René Char, « Héraclite d’Éphèse », 1948, dans Recherche de la base et du sommet, dans Œuvres complètes, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1983, p.720

- Aphorisme n°1 d’Héraclite, trad. Jean Bollack et Heinz Wismann, dans Héraclite ou la séparation, Minuit, 1972, p.59

Extrait

- Héraclite = « homme qui pleure » (source : Philosophes à vendre, Théâtre et Cie, 06/09/2009)

Références musicales

- Wanderer, Il y a Beshevli

- Love, Time is like a river

- Leonard Cohen, Who by fire

- Jeanne Moreau, Dans l’eau du temps

Heinz Wismann
Heinz Wismann
© Radio France - MC
Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Antoine Ravon
Collaboration
Ariane Mintz
Collaboration
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Olivier Bétard
Réalisation
Marianne Chassort
Collaboration