Jeanne Burgart Goutal - Henri Hethalmi
Jeanne Burgart Goutal - Henri Hethalmi
Jeanne Burgart Goutal - Henri Hethalmi
Publicité
Résumé

Pendant 7 ans, la philosophe Jeanne Burgart Goutal a fait de l’écoféminisme son objet de recherche, mêlant théorie, rencontres, voyages... Comment définir l’éco-féminisme ? Et comment concilier théorie philosophique et pratique ?

avec :

Jeanne Burgart Goutal (professeure de philosophie au lycée à Marseille).

En savoir plus

Etre philosophe, est-ce un métier ? est-ce une vocation ? Comment se fabrique un concept ? Et quel est le rôle du philosophe dans la cité ?

Jeanne Burgart Goutal enseigne la philosophie au lycée Saint-Charles à Marseille, et son travail s’articule autour d’un concept : l’éco-féminisme. Son livre Être écoféministe : théories et pratiques est le fruit de 7 ans de recherches.
Alors comment pratiquer la philosophie sans tourner le dos à l’expérience ? Comment construire une réflexion théorique sans renoncer à la mise en pratique qui, forcément, fraine le travail de la pensée ? Comment comprendre la logique et l’unité d’un mouvement qui regroupe des figures aussi variées que Ségolène Royal, une jeune sorcière urbaine postant sur instagram des photos de ses rituels, ou Greta Thunberg arrogant les dirigeants mondiaux à la tribune de l’ONU ? Comment l’humain se positionne-t-il par rapport à ce qui l’entoure et y compris la planète ?

Publicité

L'invitée du jour :

Jeanne Burgart Goutal, professeure de philosophie au lycée Saint-Charles de Marseille, autrice du livre Être écoféministe - Théories et pratiques aux éditions L'Echappée (2020)

Réfléchir en décalant le point de vue

Ce qui m’a intéressée, c’est de voir que l'écoféminisme n'est peut-être pas seulement un phénomène de mode réductible à un discours très simpliste sur l’homme prédateur "qui nique la planète comme il nique sa mère", comme on le voit sur les pancartes dans les manifs. En tant que slogan ça fonctionne mais je me suis intéressée aussi à la profondeur philosophique du mouvement et aux questions que ça pose sur le rapport des sexes, le rapport des sociétés humaines à la nature, et quelle relecture ça permet de l’histoire, de l’histoire de la science moderne, de l’histoire de la transition au capitalisme. Au lieu de penser les choses à partir du sujet implicitement masculin, blanc, libre, essayer de décaler le point de vue et voir ce que ça fait si on repose les questions philosophiques classiques à partir du point de vue des femmes et de la nature, avec tous les problèmes que ces termes eux-mêmes posent…          
Jeanne Burgart Goutal

La posture philosophique face à son objet de recherche

Au bout de plusieurs années de recherche sur le sujet, je voyais bien que je n’avais pas du tout envie d’écrire une critique de l’écoféminisme mais pas non plus un éloge de l’écoféminisme dont je voyais les failles. Ce qui m’a surprise au cours de mes recherches, c’est que quand je travaillais sur Nietzsche ou sur Hegel, personne ne me demandait si j’étais nietzschéenne ou hegelienne, on considérait que c’était légitime et même un gage de scientificité, de rigueur, d’avoir une distance par rapport à mon objet d’étude. Avec l’écoféminisme, tout à coup je me suis rendue compte que ce n’était plus du tout pareil. Dans des colloques universitaires, à tous les autres intervenants on leur posait des questions de fond, et quand c’était mon tour, on voulait comprendre mon positionnement… En choisissant un objet d’étude aussi politique, polémique, contemporain, la posture philosophique d’examen devenait presque intenable.        
Jeanne Burgart Goutal 

Comment concilier pratique et théorique ?

Je crois beaucoup à la nécessité, en tout cas quand on fait de la philosophie politique, d’éprouver dans le réel ce qu’on annonce. C’est très facile de tenir des grands discours philosophiquement séduisants et sophistiqués, mais que l’épreuve du réel me paraît indispensable pour faire de la philosophie sérieusement, et j’irais plus loin : pour faire de la philosophie tout court.      
Jeanne Burgart Goutal

Sons diffusés :

  • Archive de Ségolène Royal, 7/9 de France Inter, 31/10/2018
  • Chanson de Renaud, Dès que le vent soufflera
  • Archive de Dona Haraway, émission Les vendredis de la philosophie, France Culture, 01/05/2009
  • Chanson de Bachar Mar-Khalifé, Kyrie eleison
  • Archive de Vandana Shiva, émission CO2 mon amour, France Inter, 07/02/2015
  • Archive de Fatima Ouassak, vidéo du mouvement citoyen Alternatiba, 20/07/2020
  • Chanson de Goran Bregovic, Ederlezi, bande originale du film Le temps des gitans

L'ARCHIVE DU VENDREDI :

Désormais, chaque vendredi, l'équipe des Chemins de la philosophie vous propose un nouveau rendez-vous : nous vous ferons découvrir un moment d'archive de philosophe ou de philosophie.
Aujourd'hui, écoutons Michel Foucault et Gilles Deleuze dans l'émission Recherche de notre temps, 03/04/1963, RTF. 

Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Clara Degiovanni
Collaboration
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Manon de La Selle
Collaboration
Laurence Malonda
Réalisation
Anaïs Ysebaert
Collaboration