L'amitié au secours de l'amour ©Getty -  CSA-Printstock
L'amitié au secours de l'amour ©Getty - CSA-Printstock
L'amitié au secours de l'amour ©Getty - CSA-Printstock
Publicité
Résumé

Dans l’école d’Epicure, le Jardin, comment réfléchissait-on à l’amour, à l’amitié et à la sexualité ? Comment le sexe devient-il un remède à l’amour quand ce dernier devient passionnel, douloureux, dangereux ? Comme le dit Ovide, admirateur de Lucrèce, l'amour et le sexe peuvent-ils s'apprendre ?

avec :

Giulia Sissa (philosophe et historienne de la culture).

En savoir plus

Dans ses Maximes capitales, et ses Sentences vaticanes, Epicure propose en quelques lignes une réflexion sur l’amitié. Y-a-t-il suffisamment de matière pour parler d’une philosophie de l’amitié chez Epicure ? Comment articulait-il dans sa pensée l’amour, l’amitié, et le sexe ?

L'invitée du jour :

Giulia Sissa, chercheuse au CNRS et professeure à UCLA, historienne et philosophe

Publicité

Dans le jardin épicurien...

L'amitié et l'amour ne font pas nécessairement bon ménage dans le jardin épicurien... Epicure fonde sa propre école, qui est un jardin, un lieu de vie. Être épicurien, c'est une façon de vivre, un être ensemble, dans l'amitié, dans le jardin. Il y a des hommes, des femmes, et ça c'est quelque chose de tout à fait remarquable. Dans la théorie épicurienne, l'amitié danse autour du monde, c'est la façon d'être-avec, dans la justice, la réciprocité et dans cette conviction radicale que le plaisir, c'est le bien, et la douleur, c'est tout ce qu'il faut éviter. La théorie de l'amitié chez Epicure est une théorie généreuse.    
Giulia Sissa

Quel est le rapport entre l'amitié, l'amour et l'acte sexuel ?

C'est un rapport difficile, parce que si le plaisir nous amène vers l'amitié comme vers la forme de sociabilité qui s'impose pour la communauté philosophique où on philosophe ensemble, si cela c'est vrai de manière tout à fait logique pour l'amitié, pour ce qui est de l'activité sexuelle les choses se compliquent... Ce qui est un paradoxe, parce qu'en un sens, l'acte sexuel, le désir, c'est tout ce qu'il y a de plus immédiat. La nature ne peut survivre que s'il y a de l'acte sexuel. Si on est un épicurien, on dit oui à l'acte sexuel parce qu'on dit oui à la nature, aux plaisirs naturels... Mais pour Epicure, cet acte sexuel qui est tellement immédiat, naturel, qui s'impose et qui est aussi nécessaire pour la procréation... il fait problème, parce que l'acte sexuel n'est pas isolé de notre vie. Cette façon d'être dans le "philosopher ensemble" fait que l'acte sexuel a des conséquences. Pour le philosophe moral épicurien, c'est ça qu'il faut garder toujours à l'esprit, les conséquences : mon plaisir maintenant va-t-il être mon déplaisir demain? Cet acte sexuel va-t-il me coûter une dépense inutile d'énergie et de temps qui va ruiner ma vie sociale ? C'est un thème extrêmement important qu'on retrouve aussi chez Lucrèce_._
Giulia Sissa

Texte lu par Georges Claisse :

  • Extrait de La Nature des choses, de Lucrèce, chant IV, traduction Jackie Pigeaud, dans Les Epicuriens, éditions Gallimard, La Pléiade

Sons diffusés :

  • Extrait du film L'amour dure trois ans, de Frédéric Beigbeder, 2012
  • Chanson de Joe Cocker, With a little help from my friends
  • Morceau musical de Michel Piccoli, L'art d'aimer, libre interprétation de L'art d'aimer d'Ovide, 1976
  • Extrait du film Quand Harry rencontre Sally, de Rob Reiner, 1989
  • Chanson de fin : Céline Dion, D'amour ou d'amitié
Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Clara Degiovanni
Collaboration
Thomas Beau
Réalisation
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Isis Jourda
Collaboration
Manon de La Selle
Collaboration
Anaïs Ysebaert
Collaboration