Arthur Schopenhauer (1788-1860),
Arthur Schopenhauer (1788-1860),
Arthur Schopenhauer (1788-1860), ©Getty
Arthur Schopenhauer (1788-1860), ©Getty
Arthur Schopenhauer (1788-1860), ©Getty
Publicité
Résumé

Le monde n'est-il qu'apparences ? Et ces apparences, sont-elles nécessaires à la vie ?

avec :

Michel Guérin (philosophe.).

En savoir plus

Regard désabusé que celui de Schopenhauer, mais ô combien lucide. Comment porter son regard jusqu'au fond des choses ? A l'écoute de Mozart, propose Schopenhauer... Musique, maestro !

Le texte du jour

La volonté, la volonté sans intelligence, désir aveugle, irrésistible, telle que nous la voyons se montrer encore dans le monde brut, dans la nature végétale, et dans leurs lois, aussi bien que dans la partie végétative de notre propre corps, cette volonté, dis-je, grâce au monde représenté, qui vient s'offrir à elle et qui se développe pour la servir, arrive à savoir qu'elle veut, à savoir ce qu'est ce qu'elle veut ; c'est ce monde même, c'est la vie, telle justement qu'elle se réalise là. Voilà pourquoi nous avons appelé ce monde visible le miroir de la volonté. Et comme ce que la volonté veut, c'est toujours la vie, c'est-à-dire la pure manifestation de cette volonté, dans les conditions convenables pour être représentée, ainsi c'est faire un pléonasme que de dire : « la volonté de vivre », et non pas simplement « la volonté », car c'est tout un.  La volonté étant la chose même en soi, le fond intime, l'essentiel de l'univers, tandis que la vie, le monde visible, le phénomène, n'est que le miroir de la volonté, la vie doit être comme la compagne inséparable de la volonté : (…) partout où il y aura de la volonté, il y aura de la vie, un monde enfin. Aussi vouloir vivre, c'est aussi être sûr de vivre, et tant que la volonté de vivre nous anime, nous n'avons pas à nous inquiéter pour notre existence, même à l'heure de la mort. Sans doute l'individu, sous nos yeux, naît et passe, mais l'individu n'est qu'apparence ; s'il existe, c'est uniquement aux yeux de cet intellect qui a pour toute lumière le principe de raison suffisante ; en ce sens, oui, il reçoit la vie à titre de pur don, qui le fait sortir du néant, et pour lui la mort c'est la perte de ce don, c'est la rechute dans le néant. 

Publicité

Arthur Schopenhauer, Le Monde comme volonté et comme représentation, 1819, Livre IV, § 54, trad. A. Burdeau (1912)

Lectures

Arthur Schopenhauer, Le Monde comme volonté et comme représentation, 1819, Livre IV, § 54, trad. A. Burdeau (1912)

Arthur Schopenhauer, Le Monde comme volonté et comme représentation, 1819, §52, trad. Burdeau (1912), p.272

Lectures cette semaine: Daniel Mesguich

Références musicales

Mozart, Symphonie n°40 en sol mineur K 550 Allegro Molto

Mozart, Symphonie nº14 enLa Maj K 114 Andante

Mozart, Gigue en sol majeur

Les Parisiennes, Les fans de Mozart

Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Claire Perryman-Holt
Collaboration
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Olivier Bétard
Réalisation
Marianne Chassort
Collaboration
David Pargamin
Collaboration