Publicité
En savoir plus

Bonjour Emmanuel, bonjour à tous, et bienvenue sur les nouveaux chemins (jingle)…

Diffusés tous les jours de 10 à 11, les Nouveaux Chemins sont réalisés par Mydia Portis-Guérin et ….

Publicité

à la technique ils sont préparés par Anne Catherine Lochard.

Aujourd’hui j’ai le plaisir de recevoir le philosophe Paul Audi

///////////////////////////

Aujourd’hui nous allons parler de la création du possible. Ce qui revient à évoquer tout ce qui rend supportable la traversée de la vie, en particulier le travail de la pensée, l’art, l’amour. Nous allons réfléchir sur cette énergie du désespoir qui parvient à prendre de vitesse le nihilisme ambiant qui souvent entrave la création de soi. Nous allons tenter de dessiner les contours de ce que le philosophe Paul Audi, notre invité, né en 1963 au Liban, désigne comme étant une « éthique de la réjouissance ». Ce n’est pas pour rien qu’un de ces livres sur Romain Gary s’appelle « La fin de l’impossible » (2005). Et qu’un récent recueil de ses articles a pour titre « Jubilations ». Il s’ouvre sur une merveilleuse étude sur Picasso dont la bouche était toujours prête à avaler le soleil. C’est que Paul Audi préférera toujours le miracle de la grâce, l’excédent de forces, au mirage kitsch, ou aux corps alanguis. Il préfèrera dire oui aux exigences de la création plutôt que conjurer toute jouissance possible. Pourquoi alors parler d’éthique ? Parce l’éthique est ici justement ce qui relève de ce « travail sur soi » destiné à rendre la vie possible. Et pourquoi parler de réjouissance ? Parce que, contrairement au bonheur, la réjouissance n’est pas un état, mais la manière dont la vie se reprend par amour de soi et déploie au maximum ses possibilités.

On dira que ces dispositions n’obligent personne et qu’elles sont étrangères à toute forme d’impératif. Cela est évident. La philosophie n’oblige personne disait Chestov. Pas plus que l’art ou la littérature. Mais il lui arrive, parfois, d’être créatrice. Elle peut à sa manière participer à l’augmentation des possibilités de la vie. Elle peut créer du possible, inventer une langue qui lui est propre, ne pas se perdre dans la forêt des textes, mais se créer dans un nouvel idiome, une nouvelle langue, autre que la langue maternelle. C’est ce qui est arrivé à Paul Audi, qui est venu aujourd’hui nous parler de son œuvre.

Références

L'équipe

Philippe Petit
Production
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
François Caunac
Réalisation
Geneviève Méric
Collaboration
Tristan Ghrenassia
Collaboration