Charlie Chaplin dans le film 'Le Dictateur' en 1940.
Charlie Chaplin dans le film 'Le Dictateur' en 1940.  ©Getty - Hulton Archive
Charlie Chaplin dans le film 'Le Dictateur' en 1940. ©Getty - Hulton Archive
Charlie Chaplin dans le film 'Le Dictateur' en 1940. ©Getty - Hulton Archive
Publicité

La famille biologique est-elle la seule possible? Travailler rend-il heureux? Comment construire un monde commun ? Trois questions posées par Le Kid, Les Temps modernes et Le Dictateur, qui mettent en scène la même énergie inépuisable, celle d'un personnage toujours là où ne l'attend pas.

Avec

Les Temps modernes, le Kid, le Dictateur : Un triptyque philosophique

Deuxième volet d'une série de quatre émissions consacrées à Charlie Chaplin : Adèle Van Reeth propose d'évoquer la critique sociale à travers les films de Charlie Chaplin. Elle s'entretient avec Guillaume Le Blanc, professeur de philosophie à l'Université Paris-Est Créteil.

Penser la filiation

Travail, famille, patrie autrement dit, Les Temps modernes, le Kid, le Dictateur... Le Kid parait en 1921. Il est le premier de ces trois films. Avant même la naissance du parlant, Le Kid interroge sur les fondements de la famille.

Publicité

L'œuvre invite le spectateur à réfléchir sur comment penser la filiation d'un père à son fils quand celle-ci, ne naît pas d'un engendrement naturel. S'agit il d'une relation paternelle ? D'une relation de soin ? Ou s'agit il d'une relation d'intérêt ?

Des questions que pose - de manière très radicale - Charlie Chaplin. Ici, la structure du burlesque dérape dans une sorte de connivence sentimentale qui vient suspendre la très forte violence sociale qu'il montre par ailleurs. Est ce que la subversion se trouverait à cet endroit-ci à savoir dans la sentimentalité et le sentimentalisme ? C'est pourtant dans ce sentimentalisme que réside l'idéalisme de Chaplin. Les problèmes inter humains, politiques et sociaux sont en fait les mêmes. Une différence entre l'existence extrêmement pesante qu'est la sienne à savoir précaire, et l'idéal auquel il s'adonne dans les scènes de rêve. Un décalage que constate également Hannah Arendt...

24 min

Travailler rend-il heureux ?

Les temps Modernes sort quant à lui, en1936. Le parlant existe. Chaplin choisit pourtant de ne pas y avoir recours. Enfin, pas complètement parce que, la seule personne parlante du film est le directeur de l'usine qui vient diriger ses employés. La parole fait ici office de rappel de l'autorité et rappel de l'ordre. Emerge donc une question philosophique majeure.

Au fond, qu'est ce que c'est que travailler? Est ce qu'une vie au travail est une vie normale, une vie nécessaire? Est ce que l'on ne risque pas de perdre un peu sa vie en la gagnant ? Le préambule indique explicitement la recherche du bonheur par le réalisateur. Mais le travail est-il le meilleur moyen pour accéder à ce bonheur ?

Qu'est-ce que le patriotisme ?

Le Dictateur, est la rencontre entre l'histoire la plus douloureuse qui soit au XXe siècle et des moments de comique absolu qui en font un véritable régal pour le spectateur. Un film marqué par une structure narrative dichotomique avec le dédoublement du personnage de Charlot. La grande prouesse de ce film est de pouvoir faire tenir en vis à vis, le puissant, le souverain, le dictateur, l'empereur, en un certain sens et ce personnage du barbier qui prend soin de toutes les personnes qui vivent dans le ghetto. Chaplin pose en fait la question suivante : la vie d'un patriote est-elle une vie d'appartenance à une nation ?

Textes :

  • John Dos Passos, USA, Prologue, Gallimard Quarto 2002, p. 33-35
  • Hannah Arendt, La tradition cachée, 1987, «  Charlie Chaplin : le suspect » Christian Bourgeois, p. 200-202

Extraits :

  • Le Kid, de Charlie Chaplin 1921
  • Les Temps modernes, de Charlie Chaplin 1936
  • Le Dictateur, de Charlie Chaplin 1940

Références musicales :

  • Charlie Chaplin, His morning promenade, (The Kid)
  • Charlie Chaplin, The fight, (The Kid)
  • Nat King Cole, Smile d’après la BO des Temps modernes
  • Graeme Allwright, Le Clochard américain

La chronique "2 minutes papillon" de Géraldine Mosna-Savoye

La chronique 2 minutes papillon : Mardi 16 février 2016

2 min

A propos du livre Lettres et autres textes de Gilles Deleuze : édition préparée par David Lapoujade paru aux éditions de Minuit

L'équipe

Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth
Production
Antoine Ravon
Collaboration
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Marianne Chassort
Collaboration
Mydia Portis-Guérin
Réalisation
Colomba Grossi
Collaboration