La démocratie peut-elle s'apprendre à l'école ?  ©Getty - CSA Images
La démocratie peut-elle s'apprendre à l'école ? ©Getty - CSA Images
La démocratie peut-elle s'apprendre à l'école ? ©Getty - CSA Images
Publicité
Résumé

Ce qui se passe à l'école est-il totalement coupé de la vie ? Comment repenser l’école avec une conception plus en phase avec ce que nous vivons ? Comment le philosophe américain John Dewey et sa réflexion pragmatiste peuvent-ils nous aider à réorganiser l’école ?

avec :

Joëlle Zask (Philosophe, spécialiste de philosophie politique).

En savoir plus

Une série d'émissions en partenariat avec le festival CitéPhilo qui devait débuter le 5 novembre, annulé suite au confinement, mais qui existera en partie virtuellement sur le site internet : citephilo.org

L'invitée du jour :

Joëlle Zask, enseigne la philosophie à l’université d’Aix-Marseille

Publicité

La démocratie commence à la ferme

La démocratie est une manière que les individus ont de s’associer et de faire des choses ensemble. La distinction entre la démocratie comme forme de gouvernement et la démocratie comme forme de vie traverse toute l’oeuvre de John Dewey, on trouve déjà cette idée chez Jefferson, un des pères fondateurs de la démocratie américaine. Ce qui est frappant chez Dewey c’est sa conscience très vive que la démocratie qui n’est que politique est extrêmement fragile. Chez Jefferson, la démocratie commence à la ferme : le cultivateur est le gouverneur de sa ferme où il interragit avec tous ses éléments, il forme un “auto-gouvernement”, cette dimension va se trouver dans l’école. On ne se gouverne jamais soi-même au sens isolé du terme, ce qu’on gouverne, ce sont les relations avec le monde, c’est soi-même en tant qu’on est relié au monde, sinon il n’y a rien à gouverner.  
Joëlle Zask

L'école, lieu de rénovation démocratique de la société

La différence entre la démocratie comme forme de gouvernement et la démocratie comme forme de vie c’est celle qui oppose la démocratie représentative à la démocratie participative : bien sûr qu’il y a une vertu dans la démocratie représentative et dans les institutions, mais en même temps, quand la démocratie représentative se fait complètement au détriment de la participation, et c’est vrai de l’école, elle devient une démocratie du spectacle qui réduit le citoyen à observer le pouvoir et réagir après coup. La représentation sans la participation devient fragile et précaire. C’est pourquoi on peut parler d’une crise de la repréentation aujourd’hui, quand l’autre versant de la démocratie qui consiste à se gouverner sans un maître, avec des initiatives, à produire des mondes communs avec les autres, est laissé en plan. L’école est représentative, pas participative… c’est ce contre quoi se battait Dewey. Pour lui, l’école est le lieu de rénovation démocratique de la société.  
Joëlle Zask

Texte lu par Bernard Gabay :

  • John Dewey, Démocratie et éducation, chapitre 7, 1916, dans Démocratie et éducation, suivi de Expérience et Éducation, aux éditions Armand Colin (avec une musique de Philipp Glass, Musique américaine pour piano, mouvements pour deux pianos, deuxième mouvement)

Sons diffusés :

  • Chanson de Jimi Hendrix, Are you experienced
  • Extrait du film Profs, de Patrick Schulmann, 1985
  • Adèle van Reeth lit un extrait de Démocratie et éducation, de John Dewey, chapitre 12, aux éditions Armand Colin (avec une musique de Meredith Monk, Ellis Island)
  • Reporte sur l’école Palotchka, reportage France 3, 10/09/2018
  • Musique de Mozart, Sonate pour piano n°4 en Mi bémol Maj K 282 2. Moderato
  • Archive de Célestin Freinet du 10/04/1961, diffusée dans Chasseurs de son, France culture, 20/12/1996
  • Chanson de fin : Nina Simone, You’ve got to learn
Références

L'équipe

Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth
Production
Clara Degiovanni
Collaboration
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Manon de La Selle
Collaboration
Laurence Malonda
Réalisation
Anaïs Ysebaert
Collaboration