Friedrich Nietzsche
Friedrich Nietzsche
Friedrich Nietzsche ©AFP - ARCHIVES-ZEPHYR / LEEMAGE
Friedrich Nietzsche ©AFP - ARCHIVES-ZEPHYR / LEEMAGE
Friedrich Nietzsche ©AFP - ARCHIVES-ZEPHYR / LEEMAGE
Publicité
Résumé

"Nous sommes fatigués de l'homme...", nous dit Nietzsche. La civilisation européenne serait-elle la création d'une société d'épuisés ? L'hyperactivité de notre modernité cache-t-elle sous la fulgurance de ses manifestations une fatigue extrême ? Céline Denat nous éclaire.

avec :

Céline Denat (maîtresse de conférences à l’université de Reims-Champagne-Ardennes, spécialiste de philosophie allemande moderne, membre et coordinatrice du Groupe international de Recherches sur Nietzsche).

En savoir plus

"Nous sommes fatigués de l'homme...", nous dit Nietzsche. La civilisation européenne serait-elle la création d'une société d'épuisés ? L'hyperactivité de notre modernité cache-t-elle sous la fulgurance de ses manifestations une fatigue extrême ? Et alors, si nous sommes si fatigués, où trouver la foi pour reprendre le chemin de la vitalité ? Vers où nous réveiller ?

Textes

Publicité

,Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra, « Sur les îles bienheureuses ».    

Friedrich Nietzsche, Généalogie de la morale, I, § 12, trad. Wotling.

« (…) De temps en temps accordez-moi – si du moins il existe, par-delà le bien et le mal, des protectrices célestes ! – accordez-moi de jeter un regard sur quelque chose de parfait, de réussi jusqu’au bout, d’heureux, de puissant, de triomphant, de la part de quoi il y ait encore quelque chose à craindre ! Un regard sur un homme qui justifie l’homme, sur une heureuse réussite qui apporte à l’homme son complément et son salut, grâce à laquelle on puisse garder sa foi en l’homme !... »

« (Car) les choses sont ainsi : c’est dans le rapetissement et l’égalisation de l’homme européen que réside notre pire danger, car ce spectacle fatigue ... Aujourd’hui, nous ne voyons rien qui veuille devenir plus grand, nous pressentons que l’on ne cesse de décliner, de décliner pour devenir plus inconsistant, plus gentil, plus prudent, plus à son aise, plus médiocre, plus indifférent, plus chinois, plus chrétien — l’homme, cela ne fait aucun doute, ne cesse de devenir “meilleur” ... C’est justement en cela que réside la fatalité de l’Europe — avec la peur de l’homme, nous avons également subi la perte de l’amour pour lui, du respect pour lui, de l’espoir que l’on plaçait en lui, même de la volonté dont il était l’objet. Désormais, le spectacle de l’homme fatigue — qu’est-ce que le nihilisme aujourd’hui, sinon cela ? ... Nous sommes fatigués de l’homme …”

Extrait de film

Doucement les basses, Jacques Deray, 1971

Chansons

Duo de chats, Rossini

Duo des Fleurs , Lakmé, Léo Delibes, chanté par Renée Fleming.     

Instrumentales

WAGNER, La mort d’Yseult  

SCHUBERT, Sonate pour piano     

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Claire Perryman-Holt
Collaboration
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Olivier Bétard
Réalisation
Marianne Chassort
Collaboration
David Pargamin
Collaboration
Marie Aubert
Collaboration